Des migrants marchent le long d'une route près de la ville bosnienne de Velika-Kledusha et de la frontière croate, le 29 septembre 2020. Crédit : Reuters
Des migrants marchent le long d'une route près de la ville bosnienne de Velika-Kledusha et de la frontière croate, le 29 septembre 2020. Crédit : Reuters

Plus de 100 personnes, dont 34 familles avec 53 enfants, ont été logées dans des centres pour demandeurs d'asile, en Bosnie, ont annoncé les autorités vendredi. Elles vivaient jusqu'à présent dans des maisons abandonnées dans l'attente de pouvoir passer en Croatie.

Les autorités bosniennes ont déclaré vendredi 5 mars avoir déplacé plus de 100 migrants dans des centres pour demandeurs d'asile dans le nord-ouest du pays. Près de la moitié d'entre eux sont des enfants. 

Jusqu'à présent, ces personnes avaient trouvé refuge dans huit maisons abandonnées de la région dans l'attente de pouvoir passer en Croatie, et donc de rejoindre l'Union européenne. Ces bâtiments insalubres étaient dénués d'équipements de base.

Au total, la police avait annoncé avoir découvert 115 personnes, dont 34 familles avec 53 enfants, dans ces lieux. 

>> À (re)lire : "Faites quelque chose pour les réfugiés en Bosnie", implore un résident du camp de Lipa dans une lettre à l’UE

Les conditions de vie des migrants en Bosnie sont régulièrement source d'inquiétudes. En visite dans le pays le 18 février dernier, la commissaire européenne chargée des migrations, Ylva Johansson, avait exhorté les autorités à améliorer les conditions d’accueil des personnes dans le pays. Elle avait notamment insisté sur la nécessité de reconstruire rapidement le camp de Lipa, détruit par un incendie en décembre dernier.

>> À (re)lire : Bosnie : quelque 380 migrants évacués de deux squats à Bihac et transférés au camp de Lipa

Alors que la plupart vivent dans des camps gérés par l'État, beaucoup de migrants se retrouvent à dormir dans des conditions indignes en tentant de franchir la frontière. Ils dénoncent par ailleurs régulièrement les "pushbacks" et la violence perpétrées par la police croate.

Environ 9 000 personnes, originaires d'Asie, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord sont actuellement bloquées dans ce pays des Balkans, en attendant de pouvoir rejoindre l'Europe de l'ouest.

 

Et aussi