Les migrants ont parcouru plus de 1 000 kilomètres en mer pour rejoindre l'Italie depuis la Turquie. Crédit : Croix-Rouge italienne
Les migrants ont parcouru plus de 1 000 kilomètres en mer pour rejoindre l'Italie depuis la Turquie. Crédit : Croix-Rouge italienne

Cent douze migrants partis des côtes turques sont arrivés lundi dans les Pouilles, parcourant plus de 1 000 kilomètres en mer. Malgré la longue distance qui sépare les deux pays, ce débarquement n'est pas un cas isolé.

Lundi 8 mars, 112 migrants, dont des femmes et des enfants, entassés sur un voilier d'une dizaine de mètres ont débarqué au port de Leuca, dans la région des Pouilles. Ce groupe d'exilés, pour la plupart originaires d'Irak, d'Iran et de Syrie, a parcouru plus de 1 000 kilomètres en mer pour atteindre le sud de l'Italie. Le canot a pris la mer depuis la ville de Marmaris, au sud-ouest de la Turquie, le 3 mars, rapporte sur Twitter la journaliste italienne Angela Caponnetto.

Comment une embarcation de migrants a-t-elle pu voyager sans encombre des côtes turques vers l'Italie ? Selon les enquêteurs, un "bateau-mère" aurait effectué une grande partie du voyage avant de transférer les passagers sur un voilier, à quelques kilomètres des côtes italiennes. "L'importante distance entre les deux pays rend plausible cette explication", estime Sara Prestianni, responsable de la migration et de l'asile à l'ONG EuroMed rights, contactée par InfoMigrants.

Une route déjà existante

Ce débarquement n'est pas un événement isolé. D'autres arrivées ont été recensées ces dernières semaines dans les Pouilles, mais aussi en Calabre et en Campanie. Si certains migrants quittent les côtes turques de manière autonome, d'autres se cachent dans des navires commerciaux. C'est le cas des 26 Irakiens découverts le 14 janvier au port de Salerne, dissimulés dans deux conteneurs appartenant au navire Vento di Scirocco, parti de Turquie.

En 2020, plus de 1 200 personnes en provenance de Turquie ou de Grèce ont atterri dans les Pouilles et 2 500 en Calabre, indique le média italien Avvenire. Cependant, il est encore trop tôt pour parler d'une réactivation de cette route migratoire.  

"Il y a toujours eu des départs de la Turquie vers le sud de l'Italie, le nombre d'arrivées est relativement constant ces dernières années. On n'a pas constaté de pic de débarquements", signale Sara Prestianni. 

Au début des années 90, les Albanais empruntaient déjà massivement cette route. En seulement deux jours, les 7 et 8 mars 1991, environ 27 000 personnes originaires d'Albanie avaient accosté dans le sud de l'Italie. Depuis, cet itinéraire avait été plus ou moins délaissé au profit de la route des Balkans. Mais dès 2015, le renforcement des contrôles aux frontières a réactivé le trajet maritime Turquie / Italie. "Cette année-là, on a observé toute une série d'arrivées de migrants dans les Pouilles. Mais à la suite d'une visite du ministre italien de l'Intérieur en Turquie, le flux a fortement baissé", rappelle Sara Prestianni.

Néanmoins, la forte présence militaire en mer Égée, rendant de plus en plus difficile le passage de la Turquie vers la Grèce, peut provoquer une augmentation des tentatives de traversée vers l'Italie, malgré la dangerosité du voyage. Les réseaux de passeurs s'adaptent : quand une route est fermée, une autre s'ouvre ailleurs.

 

Et aussi

Webpack App