Le taux de vaccination est très faible en Afrique et les migrants sont généralement exclus des campagnes vaccinales. Crédit : Picture alliance
Le taux de vaccination est très faible en Afrique et les migrants sont généralement exclus des campagnes vaccinales. Crédit : Picture alliance

Le ministère nigérien de la Santé a lancé lundi à Niamey la première campagne de vaccination contre le coronavirus, grâce à des vaccins offerts par le Chine. Les nombreux migrants et réfugiés vivant dans le pays figurent parmi les publics prioritaires.

"J'appelle tous les citoyens (...) à tout faire pour se faire vacciner, c'est extrêmement important pour la santé des populations". C'est en recevant sa première dose de vaccin lundi 29 mars que le Premier ministre nigérien Brigi Rafini a inauguré la campagne de vaccination anti-Covid dans son pays.

Fait rare, les migrants et ressortissants étrangers vivant au Niger figurent, avec les agents de santé, les personnes âgées de plus de 60 ans ainsi que les Forces de défense et de sécurité (FDS, armée, police gendarmerie), parmi "les cibles prioritaires" de cette première phase de vaccination, a indiqué le ministre de la Santé, Ahmed Boto.

>> À (re)lire : Covid-19 : le Maroc, champion africain de la vaccination, sauf pour les migrants

Celui-ci a également précisé que les personnes vaccinées recevront une seconde dose "quatre semaines plus tard". Il a aussi assuré que "les effets secondaires" du vaccin "sont largement mineurs", et qu'un numéro vert est toutefois ouvert pour signaler des "manifestations adverses post-vaccination".

Une vingtaine de sites ont été retenus pour abriter les séances de vaccination.

Le Niger, un des États les plus pauvres au monde, a pu compter sur la Chine pour mettre en place cette campagne. Quelque 400 000 doses du vaccin Sinopharm ont été offerts par Pékin la semaine dernière, ainsi que des consommables tels que des tests antigéniques, des masques, des vêtements ou encore des gants afin de lutter contre la propagation du virus.

Moins de 200 décès liés au coronavirus

Bien que le Niger soit relativement peu touché par l'épidémie de coronavirus, avec 4 998 cas dont 185 décès selon un bilan officiel publié dimanche, les autorités avaient pris dès l'apparition des premiers cas en mars 2020 des mesures drastiques pour stopper sa propagation : fermeture des frontières, état d'urgence, couvre-feu, fermeture des lieux de culte et des écoles, isolement de Niamey du reste du pays.

Certaines des mesures ont été progressivement levées mais les frontières terrestres restent toujours fermées.

>> À (re)lire : Rapatriements de l'OIM depuis la Libye : "Nous voulons que les migrants puissent se réintégrer dans leurs pays d'origine"

Véritable plaque tournante de l'immigration, le Niger voit passer des milliers de migrants africains chaque année sur son territoire. Certains, rêvant d'Europe, se lancent dans la traversée du désert depuis le nord du pays pour rejoindre l'Algérie ou la Libye puis traverser la Méditerranée. D'autres, déjà sur place, sont justement évacués de cette même Libye en proie au chaos et placés temporairement dans l'un de deux centres d'accueil onusiens du continent qui leur est réservé. 

En 2020, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a ainsi évacué plus de 800 migrants hors de Libye via le Niger ou le Rwanda. Et depuis fin 2017, plus de 30 000 migrants, principalement d’origine ouest-africaine, sont également arrivés à Assamaka en provenance, quant à eux, d'Algérie.

 

Et aussi

Webpack App