A chaque départ d'un vol charter en Allemagne, des militants dénoncent des expulsions irresponsables | Photo : picture-alliance/ZUMA Press/J.Scheunert
A chaque départ d'un vol charter en Allemagne, des militants dénoncent des expulsions irresponsables | Photo : picture-alliance/ZUMA Press/J.Scheunert

L'Allemagne a expulsé plus de 750 personnes vers l'Afrique en 2020. La plupart des pays africains sont mal préparés à accueillir les demandeurs d'asile déboutés et le coronavirus ne ferait qu’aggraver la situation.

Touré raconte le cauchemar qu'il a vécu en janvier dernier, au moment d’être confronté à la possibilité d’être expulsé. "J’étais malade d'inquiétude. Je n'ai pratiquement pas pu bouger pendant trois semaines. J'avais des nausées, des vertiges, je ne pouvais pas sortir", se souvient le Guinéen.

Pour protéger son identité, il n'utilise que son nom de famille. Touré dit craindre les forces de sécurité dans son pays. La police guinéenne l’aurait arrêté et torturé pour ses idées politiques avant qu’il ne prenne la fuite vers l’Europe.

Aucune chance d'obtenir un passeport

Normalement, un homme comme Touré serait le bienvenu en Allemagne. Il parle couramment l'allemand, a un emploi stable dans un centre d’hébergement et ambitionne de terminer ses études cet été. Mais son droit à rester en Allemagne devient de plus en plus hypothétique. Bien qu'il a évité l'expulsion en janvier, les autorités lui ont accordé un sursis d’à peine six mois.


L’Allemagne a expulsé plus de 750 personnes vers l'Afrique en 2020 | Photo : Daniel Kubirski/picture-alliance
L’Allemagne a expulsé plus de 750 personnes vers l'Afrique en 2020 | Photo : Daniel Kubirski/picture-alliance


"Il m’arrive de ne pas à trouver le sommeil parce que je me dis que quelqu'un pourrait venir me chercher en pleine nuit", explique Touré. Il dit aussi avoir des problèmes de concentration ce qui handicape ses études et sa préparation aux examens. 

La seule façon pour Touré de se sortir de cette situation est de fournir aux autorités allemandes un passeport pour prouver son identité. Or, l'ambassade de Guinée à Berlin ne délivre pas de passeports. Sa seule option serait actuellement de prendre un avion pour rentrer en Guinée et y faire les démarches administratives. Mais pour Touré, cette option n’est pas envisageable. "Il est fort possible que l’on me torture à nouveau. Qui sait, je pourrais arriver à l’aéroport et ensuite plus personne n’entendra parler de moi."


Le nombre d’expulsions vers l’Afrique par pays en 2020 | Crédit : DW
Le nombre d’expulsions vers l’Afrique par pays en 2020 | Crédit : DW


Malgré la pandémie de coronavirus, l’Allemagne continue donc à mener des expulsions. Selon le gouvernement allemand, l’an denier, 755 personnes ont été renvoyées, la plupart vers les pays du Maghreb comme la Tunisie, le Maroc et l’Algérie. D’autres demandeurs d’asile ont été expulsés vers le Nigéria, le Ghana et la Gambie.

Et pour le moment, ce rythme d’expulsions se poursuit. En janvier, un avion a décollé de Munich vers le Nigéria avec à son bord 24 personnes, dont certaines condamnées par la justice.

Une démarche dénoncée par l’activiste Rex Osa et son réseau "Refugees 4 Refugees" (Les réfugiés pour les réfugiés) qui soutient les Nigérians dans le sud de l’Allemagne.

"Ils se retrouvent les uns à côté des autres dans l’avion pendant six ou sept heures de vol. S’il y a une personne infectée parmi le groupe, ils sont tous exposés au coronavirus", estime Rex Osa, qui craint que les expulsions n'augmentent le risque de propagation du Covid-19 dans les pays d'origine des migrants. 


Ce document permet à une personne "expulsable" d’être tolérée sur le sol allemand de façon temporaire  | Photo : Wolfgang Kumm/dpa/picture-alliance
Ce document permet à une personne "expulsable" d’être tolérée sur le sol allemand de façon temporaire | Photo : Wolfgang Kumm/dpa/picture-alliance


Rex Osa n'est pas le seul à demander l'arrêt des expulsions. Plusieurs organisations d’aide aux migrants ainsi que des instances religieuses expriment les mêmes préoccupations. 

De nombreux pays africains ne disposent en effet pas de suffisamment de médecins, de lits en soins intensifs ou de ventilateurs pour prendre en charge les patients atteints du coronavirus. 

De plus, les campagnes de vaccination d’envergure ne sont menées que dans une poignée de pays. 

A ce problème sanitaire vient s’ajouter une difficulté qui n’est pas nouvelle, à savoir le manque de perspectives économiques pour les personnes renvoyées, dont la plupart ne savent pas comment s’en sortir dans leur pays d’origine. 

"Misère extrême"

Alors les recours en justice sont souvent le seul espoir pour les demandeurs d’asile déboutés. En décembre, un tribunal administratif de l'État du Bade-Wurtemberg, dans le sud de l'Allemagne, a empêché l'expulsion d'un demandeur d'asile afghan. Le juge a estimé que la situation en Afghanistan était devenue si mauvaise en raison de la pandémie que les migrants expulsés n’ayant pas de famille ou de biens sur place étaient exposés au risque d’une "misère extrême".

Enfin, comme pour le Guinéen Touré, certains migrants sont menacés d’expulsion pour ne simplement pas avoir les documents nécessaires à prouver leur identité. Or avec la pandémie et les restrictions de déplacement, obtenir de tels documents officiels peut s'avérer encore plus compliqué.


Les campagnes de vaccination en Afrique sont lentes, dans certains pays elles n’ont pas encore commencées | Photo : Jerome Delay/AP/dpa/picture-alliance
Les campagnes de vaccination en Afrique sont lentes, dans certains pays elles n’ont pas encore commencées | Photo : Jerome Delay/AP/dpa/picture-alliance


"La pandémie n'a pas dissuadé les autorités à obliger les demandeurs d’asile à s'identifier", note l’activiste Rex Osa. "Ils continuaient à recevoir des lettres leur rappelant les délais dans lesquels ils devaient présenter leurs documents, même si les frontières étaient fermées et le travail des ambassades à l’arrêt."

Après le vol charter vers le Nigeria en janvier, les autorités bavaroises responsable des demandes d’asile et des expulsions ont concédé que "l’actuelle pandémie de coronavirus pose de nouveaux défis (aux autorités) ainsi qu'aux pays d'origine. La situation médicale inhabituelle actuelle due à la pandémie ne change cependant pas fondamentalement la situation juridique actuelle."

En attendant, Touré espère une fin heureuse. L'ambassade de Guinée à Paris doit commencer à traiter les demandes de passeport et il espère pouvoir s’y rendre pour obtenir son droit de rester en Allemagne.


Source: dw.com

Traduction : Marco Wolter

 

Et aussi