Des migrants se dirigent vers Oujda, au nord du Maroc. Crédit : Picture alliance
Des migrants se dirigent vers Oujda, au nord du Maroc. Crédit : Picture alliance

Quinze personnes ont été interpellées lundi 22 mars par les autorités marocaines dans plusieurs villes du pays. Elles sont soupçonnées de trafic de migrants et de traite d'êtres humains.

La police marocaine a interpellé lundi 22 mars 15 personnes soupçonnées d'appartenir à un réseau d'immigration clandestine et de traite d'êtres humains, a indiqué l'agence de presse marocaine MAP. Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (GGSN), ces arrestations, qui ont mobilisé la Brigade nationale de la police judiciaire et les services préfectoraux, ont été menées dans différentes villes du pays : à Oujda et Touissit Boubker, au nord-est du royaume chérifien près de la frontière algérienne, et dans la commune de Tilioua, au sud-ouest du Maroc.

Des fouilles dans les domiciles des suspects ont permis de saisir des reçus de virements liés à des activités d'immigration clandestine, d'importantes sommes d'argent, des téléphones portables, cinq voitures, des armes blanches, ainsi que des documents administratifs et des pièces d'identité au nom des candidats à l'immigration.

>> À (re)lire : Démantèlement d'un réseau de passeurs entre l'Espagne et l'Algérie, 11 personnes arrêtées

D'après les premiers éléments de l'enquête, les accusés seraient des "coxeurs", des personnes impliquées dans le recrutement des migrants au profit de passeurs étrangers, membres d'un réseau criminel opérant hors du Maroc. Les trafiquants auraient fait transiter les exilés du Maroc, vers l'Algérie afin de rallier l'Europe en traversant la mer Méditerranée depuis les côtes algériennes.

Malgré la dangerosité de la traversée de la Méditerranée et une loi algérienne prévoyant des peines allant jusqu'à six mois d'emprisonnement pour les clandestins, les candidats à l'exil n'ont jamais été aussi nombreux sur les rives algériennes. Plusieurs naufrages ont été recensés ces derniers mois. Le dernier en date remonte à début janvier quand sept corps de naufragés avaient été découverts sur les côtes de Mostaganem, au nord-ouest de l'Algérie.

 

Et aussi