À Lesbos, quelques 7 000 personnes attendent que leur demande d'asile soit examinée. Crédit : France 24

La commissaire européenne Ylva Johansson, s'est rendue lundi sur l'île grecque de Lesbos. Depuis l'incendie du camp de Moria il y a six mois, les transferts de réfugiés sur le continent européen se sont accélérés. Mais les quelque 7 000 personnes encore sur place sont résignées à attendre des mois pour que leur demande d'asile soit examinée.

Dans le centre d'accueil pour migrants et réfugiés de Lesbos, les journées sont longues et pénibles pour les exilés comme Shukran et Lida Shirzad. Tous deux originaires de Kaboul, en Afghanistan. L'un est peintre et l'autre est enseignante. Ils sont arrivés par la Turquie voisine il y a deux ans, mais depuis, leur demande d'asile est sans réponse.

"Ce tableau raconte l'histoire de réfugiés comme nous. Nous cherchions un meilleur avenir, et on avait peur de se noyer. Heureusement, les ONG nous ont aidés. Et on espère un jour pouvoir partir d'ici en avion", explique Shukran.

Il y a encore six mois, tous deux vivaient dans l'enfer du camp de Moria, le centre le plus important et le plus insalubre d'Europe. En septembre 2020, un énorme incendie l'a ravagé et tous les demandeurs d'asile ont été transférés dans cet ancien camp de tir de l'armée grecque.

"Je n'imaginais pas l'Europe comme ça", confie Lida. "Je pensais que c'était la sécurité et l'éducation. Moi, j'étais enseignante à Kaboul et je suis très triste de voir les enfants qui jouent avec les poubelles et ne font rien d'autre."

Le gouvernement grec s'est engagé à construire un nouveau centre d'accueil de l'autre côté de l'île de Lesbos, mais face aux protestation des locaux le projet prend du retard. En attendant, certains s'organisent comme Maryam, réfugiée et bénévole pour l'ONG Because We Carry à Lesbos depuis un an et demi. "Il y a plus de 300 femmes enceintes et 400 bébés que l'on aide. On leur donne du lait et de la nourriture", explique-t-elle.

Les mesures sanitaires dues à la pandémie de Covid-19 n'ont pas amélioré la situation sur place, situation qui semble toujours aussi fragile.

 

Et aussi