Une opération de secours dans la Manche, le 9 mars 2021. Crédit : Twitter/préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.
Une opération de secours dans la Manche, le 9 mars 2021. Crédit : Twitter/préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

Plusieurs médias locaux ont rapporté l’arrivée dimanche matin, pour la première fois, d’une embarcation de migrants sur la plage de cette petite ville côtière de la Somme. Une trentaine de personnes originaires du Vietnam et d’Irak se trouvaient à bord.

C’est une scène généralement observée plus au nord, sur les côtes françaises. Pour la première fois, une embarcation de migrants en difficulté a été secourue à Quend-Plage, à une soixantaine de kilomètres au sud de Boulogne-sur-Mer, dimanche 4 avril.

"C'est un habitant de la commune, qui se trouvait sur la digue de Quend-plage vers 6 heures, qui a vu le canot pneumatique en difficulté et une trentaine de personnes dans l'eau. Le témoin a tout de suite appelé les sapeurs pompiers pour leur porter assistance", a précisé France 3 Hauts-de-France.

Les personnes étaient munies de gilets de sauvetage et avaient pour objectif de rejoindre les côtes britanniques. Selon le maire et les policiers, cités par Le Courrier picard, les exilés seraient partis d’une ville plus au nord. "Ils ont dû dériver et tenter de repartir. Naviguer en baie n’est pas facile", a commenté le capitaine Janowski, de la compagnie de gendarmerie d’Abbeville dans le quotidien régional.

Une fois de retour sur la terre, plusieurs personnes qui se trouvaient à bord ont pris la fuite. Vingt-trois personnes - vingt hommes et trois femmes, originaires du Vietnam et d'Irak – ont été pris en charge par la commune, les sapeurs-pompiers et la gendarmerie.

Obligation de quitter le territoire

Le maire de la ville a expliqué à France 3 leur avoir ouvert une salle municipale. "Je leur ai donné de l'eau et j'ai demandé à un commerçant, qui fait de la vente à emporter, de leur préparer du café et de leur offrir à manger", a encore expliqué l’édile, précisant que les rescapés "n'étaient pas blessés, mais avaient froid et étaient trempés".

Les migrants ont été entendus le lendemain à la brigade de gendarmerie de Rue. Ils ont été remis en liberté mais ont reçu une obligation de quitter le territoire. 

Selon le Courrier picard, il s’agit de la seconde fois que des migrants sont retrouvés en baie de Somme. "En juillet 2020, une douzaine avait tenté la traversée depuis Cayeux-sur-Mer et avait fini à l’hôpital d’Abbeville", précise le quotidien.

 

Et aussi

Webpack App