Le hotspot de l'île de Lampedusa. Crédit : Ansa
Le hotspot de l'île de Lampedusa. Crédit : Ansa

En quelques heures, 400 migrants sont récemment arrivés à Lampedusa, en Italie, après avoir traversé la Méditerranée. Dans le seul hotspot de l'île, près de 700 personnes s'entassent désormais, alerte l'ONG Mediterranea Saving Humans.

"Nouvelle vague d'arrivées de migrants. Plus de 400 personnes !", a tweeté Eleana Elefante, juriste et membre de l'ONG Mediterranea Saving Humans, lundi 5 avril. Ces arrivées massives ont été enregistrées en l'espace de seulement quelques heures sur l'île italienne de Lampedusa, où les embarcations de migrants ne cessent d'accoster ces derniers jours.

"Après un bateau de 215 personnes, dont 9 femmes, 2 mineurs et un bébé, trois autres bateaux de 70, 57 et 88 personnes sont arrivés sur l'île", énumère l'humanitaire dans le même tweet. "Tous ont été transférés vers le hotspot qui accueille près de 700 migrants."

Les locaux du seul centre de l'île capable d'accueillir ces migrants sont prévus pour une capacité maximale de moins de 200 personnes.

>> À (re)lire : Lampedusa, l'île où les migrants ne font que passer

Ces arrivées s'ajoutent aux 160 migrants débarqués à Lampedusa au cours du week-end, après avoir été secourus samedi en Méditerranée au terme de trois jours de détresse en mer.

Dans l'attente d'une période de quarantaine sur un navire

Pandémie du Covid-19 oblige, les migrants arrivés illégalement en Italie doivent observer une période d'isolement à bord de ferry réquisitionnés pour l'occasion. En attendant de pouvoir commencer leur période de confinement, plusieurs centaines d'entre eux sont toutefois gardés dans ce hotspot.

>> À (re)lire : Italie : les quarantaines à bord de navires en pleine mer sont "discriminatoires envers les migrants"

"Dimanche, 80 mineurs ont été transférés sur le continent à Porto Empedocle [en Sicile] et 202 adultes sur le navire Rapsody pour la période de quarantaine, a encore affirmé Eleana Elefante. "Les autres migrants du centre devraient être embarqués dans les prochaines heures sur un navire de quarantaine si les conditions maritimes le permettent."

L'été dernier, une association travaillant à Lampedusa avait alerté les autorités sur l'état du hotspot de l'île, faisant état de "conditions sanitaires inadaptées" et d'un "manque fréquent de besoins de première nécessité pour garantir le bien-être fondamentale d'une personne". 

Début mars, le maire de Lampedusa, Totò Martello, avait exprimé sa vive inquiétude quant à l'augmentation des arrivées de migrants, alors que des centaines d'exilés foulaient ce territoire italien. "La route depuis la Libye est de plus en plus active. Je ne sais pas ce qu'il se passera quand les conditions de navigation seront encore plus favorables", avait-il prévenu.

 

Et aussi