Un canot composé d'environ 110 migrants a "atteint l'Italie par ses propres moyens" selon les Forces armées maltaises, accusées de les avoir laissés dériver. Crédit : Sea-Watch
Un canot composé d'environ 110 migrants a "atteint l'Italie par ses propres moyens" selon les Forces armées maltaises, accusées de les avoir laissés dériver. Crédit : Sea-Watch

Les Forces armées maltaises ont réfuté mardi les allégations d'ONG selon lesquelles elles laissent dériver des migrants en mer pendant des heures, sans leur porter secours. "Tous les bateaux de migrants en haute mer ne constituent pas automatiquement un cas de détresse", affirme Malte.

"Les allégations selon lesquelles des bateaux coulent, sont laissés à la dérive ou des sauvetages sont entravés sont fausses et sans fondement." Dans un communiqué publié mardi 6 avril, les Forces armées maltaises (AMF) réfutent les dires de plusieurs ONG qui les accusent d'avoir laissé dériver une embarcation de migrants en pleine mer pendant plusieurs heures, sans leur porter assistance.

Ce week-end, la plateforme d'aide aux migrants en mer Alarm Phone et l'ONG Sea-Watch avaient alerté sur la situation critique de trois canots en Méditerranée dans les eaux maltaises. Deux bateaux transportant quelque 160 migrants avaient été finalement secourus par des patrouilleurs italiens et amenés à Lampedusa mais le sort du troisième, composé d'environ 110 personnes, restait incertain.

"Il semble que Malte entrave directement le sauvetage au lieu de le coordonner. Ce comportement est criminel", déclarait vendredi sur Twitter Sea-Watch dont l'avion de reconnaissance Moonbird patrouillait la zone.

"Où sont-ils ? Que leur est-il arrivé ?", s'interrogeait dimanche matin Alarm Phone, sans nouvelle du canot.

"Tous les bateaux de migrants en haute mer ne constituent pas automatiquement un cas de détresse"

Selon les Forces armées maltaises, "les migrants concernés ont atteint en toute sécurité et par leurs propres moyens le territoire italien dans les heures suivant la présumée dérive du bateau".

La Valette explique de ne pas être intervenue malgré les alertes car "les migrants à bord ont réitéré à plusieurs reprises leur intention de continuer à se diriger vers leur destination prévue", à savoir l'Italie. "Tous les bateaux de migrants en haute mer ne constituent pas automatiquement un cas de détresse", insistent les Forces armées dans leur communiqué.

>> À (re)lire : Le Conseil de l’Europe accuse les États européens de laisser mourir les migrants en Méditerranée

Photographie à l'appui, elles assurent que l'embarcation était propulsée par deux moteurs hors-bord et "sur une trajectoire et une vitesse stables". Les "ONG divulguent des informations fausses et incorrectes", déplorent les Forces armées maltaises.

Alarm Phone de son côté n'en démord pas. "Comment des personnes sur un bateau surpeuplé et inadapté à la navigation [en haute mer] peuvent-elles être considérées comme 'voyageant en toute sécurité'?", a tweeté mardi soir l'organisation, en réponse au communiqué des Forces armées maltaises.

 

Et aussi

Webpack App