Pedro Sanchez et Macky Sall lors d'une conférence de presse à Dakar, le 9 avril 2021. Crédit : Reuters
Pedro Sanchez et Macky Sall lors d'une conférence de presse à Dakar, le 9 avril 2021. Crédit : Reuters

Lors d'une visite du Premier ministre espagnol à Dakar vendredi, l'Espagne et le Sénégal ont montré leur unité dans la lutte contre l'immigration clandestine au départ des côtes ouest-africaines. Les deux pays ont signé deux protocoles d'accord sur la gestion des flux migratoires et la migration régulière.

L'Espagne et le Sénégal ont affiché leur unité concernant la lutte contre l'immigration clandestine au départ des côtes ouest-africaines lors d'une visite du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez à Dakar vendredi 9 avril. Dans une déclaration conjointe, les deux pays ont réaffirmé la coopération entre leurs forces de sécurité et "l'engagement de l'Espagne à doter de plus de moyens les autorités sénégalaises chargées du contrôle des frontières", a indiqué le gouvernement espagnol.

L'Espagne et le Sénégal ont signé deux protocoles d'accord sur la gestion des flux migratoires et la migration régulière, des étudiants ou des travailleurs saisonniers par exemple. 

Le Sénégal, "partenaire incontournable"

Les migrations sont une dominante des relations bilatérales de Madrid et Dakar. Les deux pays coopèrent déjà dans ce domaine depuis des années et des forces espagnoles sont présentes dans le port de Dakar. "Le Sénégal est un partenaire incontournable dans la gestion de la route Atlantique en ce qui concerne l'émigration", a dit le Premier ministre espagnol lors d'une conférence de presse commune avec le président sénégalais Macky Sall.

Depuis plusieurs mois, les départs de migrants des côtes sénégalaises vers les Canaries connaissent une forte augmentation. L'archipel espagnol perdu au milieu de l'Atlantique, porte d'entrée de l'Union européenne, peine à faire face à cet important afflux et se retrouve débordé.

Pedro Sanchez a salué une "collaboration extraordinaire", mais l'Espagne voudrait voir le Sénégal reprendre les vols de rapatriement de migrants illégaux, gelés depuis 2018. Les dirigeants ont indiqué que le sujet avait été abordé, mais sans plus de précisions.

L'émigration de milliers de jeunes faute d'emploi est aussi un fort enjeu de politique intérieure au Sénégal. Le gouvernement avait été vivement critiqué fin 2020 après la mort de dizaines de migrants en mer.

"La solution pour l'Afrique, ce n'est pas de voir nos enfants mourir au fond de l'océan. Notre politique, c'est de donner des perspectives", a déclaré le président sénégalais. 

Soutien financier

Macky Sall a par ailleurs insisté sur la nécessité de retenir les jeunes en créant des emplois. La visite du chef de gouvernement espagnol comportait d'ailleurs un épais volet économique : Pedro Sanchez est en effet à la recherche de nouveaux marchés pour une économie espagnole sévèrement éprouvée par le Covid-19.

>> À (re)lire : L'inquiétant exode de la jeunesse sénégalaise vers les îles Canaries

Le Sénégal, pays pauvre durement frappé par la pandémie, est à la recherche de partenariats et d'investissements privés "parce que c'est cela qui créera plus de croissance et de prospérité partagées", a dit Macky Sall.

Le chef du gouvernement espagnol a annoncé la signature de deux accords de soutien financier au Sénégal à hauteur de 50 et 15 millions d'euros pour un projet de gestion des déchets solides et un autre d'irrigation.

Dans le domaine culturel, il a annoncé l'ouverture en 2021 à Dakar du siège du premier institut culturel Cervantes en Afrique subsaharienne.

 

Et aussi