Les passeurs faisaient payer la traversée 2 500 euros (image d'illustration). Crédit : Reuters
Les passeurs faisaient payer la traversée 2 500 euros (image d'illustration). Crédit : Reuters

Les autorités espagnoles ont annoncé lundi avoir interpellé 20 trafiquants de migrants qui faisaient transiter des exilés du Maghreb vers l'Espagne, pour la somme de 2 500 euros.

Coup de filet dans un réseau de trafiquants de migrants. La police espagnole a annoncé lundi 12 avril avoir arrêté 20 passeurs qui faisaient transiter les migrants du nord de l'Afrique vers l'Espagne.

Lors de perquisitions menées fin mars dans plusieurs quartiers de Ceuta, cinq armes à feu, de nombreuses munitions, ainsi que trois bateaux et de l'argent liquide ont été retrouvés. L'opération a mobilisé 150 policiers ainsi que des agents d'Europol.

2 500 euros la traversée

Les victimes, principalement marocaines et mineures, étaient approchées dans l'enclave espagnole de Ceuta, dans le nord du Maroc, et les villes marocaines environnantes. Ces migrants effectuaient ensuite la traversée vers la péninsule ibérique moyennant 2 500 euros, à bord d'embarcations pouvant contenir entre sept et dix personnes.

Selon le média local El Faro de Ceuta, les trafiquants n'hésitaient pas à attaquer ou menacer les migrants en cas de retard ou de non-paiement de la traversée. Les passeurs s'étaient en outre fait connaître sur les réseaux sociaux en publiant des clips qui mettaient en avant leur style de vie, tout en brandissant fièrement leurs armes à feu.

>> À (re)lire : Maroc : arrestation de 15 trafiquants de migrants

Les autorités espagnoles enquêtaient sur cette organisation depuis des mois, période pendant laquelle les départs de migrants de Ceuta vers la péninsule ont connu un net rebond, précise encore El Faro de Ceuta.

Le réseau démantelé est par ailleurs soupçonné d'être à l'origine d'un naufrage en février qui a causé la mort de quatre personnes au large de Gibraltar.

Les décès de migrants par noyade sont fréquents dans cette zone de la Méditerranée occidentale où 330 personnes sont mortes en 2020, selon un bilan de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

 

Et aussi