Le parti de gauche Die Linke critique la procédure de prise de décision pratiquée par le BAMF. Crédit : Picture alliance
Le parti de gauche Die Linke critique la procédure de prise de décision pratiquée par le BAMF. Crédit : Picture alliance

La grande majorité des demandeurs d’asile déboutés en Allemagne font appel de cette décision devant les tribunaux, qui leur donnent raison dans un cas sur trois.

En Allemagne, 31% des demandeurs d’asile déboutés ayant fait appel de cette décision ont obtenu gain de cause devant les tribunaux en 2020. Ce taux est en hausse par rapport à 2019 où il était de 26%, mais en baisse par rapport à 2017, lorsqu’il dépassait les 40%.

L'an dernier, sur 68 000 refus du droit d’asile de l’Office fédéral allemand pour la migration et les réfugiés (BAMF), 21 200 ont été annulées sur décision de justice, selon les chiffres du gouvernement allemand. Cela concerne tout particulièrement les demandeurs d’asile afghans, à en croire le journal Neue Osnabrücker Zeitung (NOZ), qui a pu consulter les chiffres avancés par Berlin.

Faire appel contre les décisions du BAMF est ainsi quasiment devenu la règle. La justice est en effet saisie dans trois quarts des refus d’asile. Pour Ulla Jelpke, la chargée des affaires intérieures du parti Die Linke au Parlement, ces chiffes sont inacceptables. Selon elle, ils démontre que les autorités migratoires doivent améliorer leur manière de traiter les demandes d’asile.

Des processus à rallonge

Ce grand nombre de procédures judiciaires a conduit à rallonger la durée moyenne des procédures d’asile. En 2020, cette durée était de 24,3 mois; contre 17,6 en 2019 et 12,5 en 2018. Selon le journal NOZ, si le nombre de dossiers en cours est en baisse, la justice allemande se retrouve encore face à plus de 190 000 appels à examiner.

Enfin, avoir gain de cause devant le tribunal ne signifie pas pour autant qu’un demandeur d’asile bénéficiera par la suite un statut de protection. Dans la plupart des cas, les personnes faisant appel obtiennent dans un premier temps simplement l’interdiction d’être expulsée.

Avec dpa, AFP, epd, kna

Source : dw.com

 

Et aussi