L'Ocean Viking a retrouvé jeudi 22 avril l'épave de l'embarcation composée d'environ 130 personnes. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini
L'Ocean Viking a retrouvé jeudi 22 avril l'épave de l'embarcation composée d'environ 130 personnes. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini

Environ 130 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Libye, a indiqué jeudi l'ONG SOS Méditerranée. Son navire humanitaire l'Ocean Viking, qui a retrouvé plusieurs corps près de l'épave, déplore l'absence de coordination des États européens, qui ont laissé les ONG et les navires marchands rechercher seuls ce canot.

"Aujourd'hui, après des heures de recherche, notre pire crainte s'est réalisée". Dans un communiqué publié jeudi 22 avril, l'ONG SOS Méditerranée confirme le naufrage d'une embarcation composée d'environ 130 personnes au large des côtes libyennes.

>> À (re)lire : Libye : deux morts en mer et des centaines de disparus

L'Ocean Viking a passé plusieurs heures à sillonner la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone) après avoir été alerté mercredi matin par Alarm Phone, la plateforme d'aide aux migrants en mer, de trois canots en difficulté en Méditerranée. Tous "se trouvaient à au moins 10 heures de notre position au moment de la réception des alertes", précise SOS Méditerranée.


Une membre de SOS Méditerranée recherche l'embarcation en difficulté, le 22 avril 2021. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini
Une membre de SOS Méditerranée recherche l'embarcation en difficulté, le 22 avril 2021. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini


"Nous avons recherché deux des embarcations, l'une après l'autre, dans une course contre la montre et par une mer très agitée, avec des vagues atteignant 6 mètres", ajoute le communiqué.

"Inaction des acteurs européens et libyens"

Une de ces embarcations, avec 104 migrants à bord, a finalement été interceptée mercredi par les garde-côtes libyens et renvoyée au port de Tripoli. Une autre composée d'environ 42 personnes est toujours portée disparue. La dernière, avec quelque 130 migrants, a été retrouvée vide par l'équipage de l'Ocean Viking jeudi soir. Au moins 10 corps ont été aperçus à proximité de l'épave, aucun survivant n'a été retrouvé.

"Ces morts ne sont pas un accident mais le résultat d'actions et d'inactions des acteurs européens et libyens", affirme dans un communiqué Alarm Phone. Alertés à de nombreuses reprises par la plateforme, les garde-côtes libyens n’ont pas voulu prendre la mer à cause des mauvaises conditions météorologiques. "Nous avons demandé une intervention toute la journée et ils ont refusé", rapporte l'organisation.

Les autorités européennes ont elles aussi été averties en amont. "La seule action entreprise a été le lancement d'un avion de surveillance de Frontex, sept heures après la première alerte, qui a retrouvé le bateau et informé toutes les autorités et navires marchands de la zone de la situation de détresse critique", précise Alarm Phone. Mais malgré le danger, les autorités européennes "ont rejeté la responsabilité de coordonner cette opération de recherche et ont désigné les autorités libyennes comme 'compétentes'".

"Est-ce cela l'héritage de l'Europe ?"

SOS Méditerranée accuse elle aussi l'Europe et la Libye. "Les États abdiquent leur responsabilité de coordonner les opérations de recherche et de sauvetage, laissant les acteurs privés et la société civile combler le vide mortel qu'ils laissent derrière eux. Nous pouvons voir le résultat de cette inaction délibérée dans la mer autour de notre navire", insiste l'ONG.

Safa Msehli de l'Organisation internationale des migrations (OIM) s'interroge également sur le rôle de l'Union européenne. "Est-ce cela l'héritage de l'Europe ?", a-t-elle réagi sur sa page Twitter. "L'humanité s'est noyée", continue la porte-parole de l'agence onusienne.

Ce drame intervient le lendemain de la découverte de deux corps, celui d'une femme et d'un enfant, retrouvés à bord du canot intercepté par les garde-côtes libyens.

Depuis le début de l'année, 357 migrants ont perdu la vie en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre les côtes européennes à bord d'embarcations de fortune, selon les chiffres de l'OIM.

 

Et aussi

Webpack App