L'Ocean Viking a secouru 236 personnes au large de la Libye, mardi 27 avril 2021. Crédit : Flavio Gasperini / SOS Méditerranée
L'Ocean Viking a secouru 236 personnes au large de la Libye, mardi 27 avril 2021. Crédit : Flavio Gasperini / SOS Méditerranée

L'Ocean Viking a secouru mardi au large de la Libye deux embarcations transportant 236 personnes, dont des femmes et des enfants. Plusieurs rescapés étaient en état de déshydratation, les femmes souffrent quant à elles de légères brûlures.

Le navire humanitaire de SOS Méditerranée a porté assistance mardi 27 avril à 236 personnes réparties dans "deux embarcations pneumatiques surchargées en détresse (...) au large de Zaouïa", en Libye, a indiqué sur Twitter l'ONG qui affrète l'Ocean Viking.

Parmi les rescapés se trouvent sept femmes, un bébé et 114 mineurs non-accompagnés. Certains naufragés étaient déshydratés, "ils se rétablissement à bord de l'Ocean Viking", précise SOS Méditerranée. Les femmes quant à elles "souffrent de légères brûlures dues au carburant et ont inhalé des fumées".

Ces personnes "sont désormais saines et sauves à bord de l'Ocean Viking. Un soulagement après la tragédie de la semaine passée", a réagi sur Twitter la journaliste Emmanuelle Chaze, embarquée sur le navire humanitaire.

Jeudi 22 avril, au moins 130 personnes ont péri en Méditerranée dans le naufrage de leur embarcation. Les équipes de SOS Méditerranée ont passé plusieurs heures à la recherche du canot, après avoir été alertées par la plateforme d'aide aux migrants en mer Alarm Phone. Arrivé sur zone trop tard, l'équipage de l'Ocean Viking a repéré une dizaine de cadavres près de l'épave du bateau.

>> À (re)lire : Le Sea Watch 4 de retour en mer Méditerranée, après des mois d'immobilisation en Italie

SOS Méditerranée et Alarm Phone ont accusé la Libye et l'Europe d'être responsables de cette tragédie. "Ces morts ne sont pas un accident mais le résultat d'actions et d'inactions des acteurs européens et libyens", avait déploré dans un communiqué Alarm Phone.

Les réactions se sont ensuite multipliées de la part des ONG et des représentants religieux. Le pape François s'est dit "très attristé par cette tragédie", parlant d'un "moment de honte". En revanche, les autorités européennes, elles, se sont murées dans le silence.

 

Et aussi

Webpack App