Les migrants prennent de plus en plus de risques pour rejoindre l'Angleterre en traversant la Manche (image d'archives). Crédit : Reuters
Les migrants prennent de plus en plus de risques pour rejoindre l'Angleterre en traversant la Manche (image d'archives). Crédit : Reuters

Quatre migrants ont été secourus mardi au large des côtes françaises alors qu'ils tentaient de rallier l'Angleterre à l'aide de rames. Par ailleurs, 29 autres exilés ont également été pris en charge après avoir échoué sur des rochers, près de Dunkerque.

Les migrants prennent tous les risques pour tenter de rejoindre l'Angleterre depuis les côtes françaises. Mardi 11 mai à 7h30, quatre migrants érythréens en difficulté à bord d'une petite embarcation pneumatique ont été secourus par les forces françaises alors qu'ils essayaient de traverser la Manche à la rame, a indiqué la Voix du Nord

Les exilés ont été ramenés au port de Calais où les attendait la Police aux frontières (PAF). Souffrant de légère hypothermie, ils ont été pris en charge et examinés par les sapeurs-pompiers.

Un peu plus tôt dans la matinée, un canot transportant 29 migrants, dont cinq femmes, s'est échoué sur les enrochements du brise-lames en face de la digue de Malo, près de Dunkerque, selon un communiqué de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Les naufragés, tous sains et saufs, ont été pris en charge par les secours puis par la PAF à leur débarquement au port.

Une traversée dangereuse

Une nouvelle fois, le préfet de région "met en garde les migrants" qui tentent la traversée de la Manche, "une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle), et donc dangereuses pour la vie humaine".

>> À (re)lire : Traversées de la Manche : comment se passe le retour à terre des migrants secourus en mer ?

"On pourrait penser que franchir les 29 km qui séparent la France de l’Angleterre est facile mais c’est un parcours semé de pièges", expliquait déjà en 2018 à InfoMigrants Bernard Barron, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) à Calais. "Il faut faire face à la densité du trafic, aux courants terribles, aux vents violents, aux hauts fonds […] Il y a 600 cargos qui traversent la Manche chaque jour, la plupart sont des mastodontes, des porte-containers, c’est de la folie de s'y aventurer dans de petits canots, pendant la nuit".

Pourtant, les migrants tentent désormais le tout pour le tout pour rallier l'Angleterre. Ce n'est pas la première fois que des exilés essayent de traverser la Manche avec des moyens de fortune, à l'aide de palmes, de planches à voile et de kayak.

L'an dernier, plus de 9 500 passages ou tentatives de passage de la Manche ont été recensés, soit quatre fois plus qu'en 2019.

 

Et aussi

Webpack App