Des centaines de migrants ont attendu des heures pour monter dans des bus les conduisant vers des hébergements d'urgence. Crédit : Leslie Carretero / InfoMigrants
Des centaines de migrants ont attendu des heures pour monter dans des bus les conduisant vers des hébergements d'urgence. Crédit : Leslie Carretero / InfoMigrants

Plus de 700 migrants ont été orientés, mercredi, vers des hébergements d'urgence après avoir occupé pendant plusieurs heures la place de la République, au centre de Paris. Selon le collectif Réquisitions, qui a organisé l'occupation, une centaine d'exilés n'ont pas pu être pris en charge et ont passé une nouvelle nuit dans les rues de la capitale.

Une opération d'ampleur, place de la République, à Paris, organisée par le collectif Réquisitions (qui regroupe plusieurs associations dont le DAL et Utopia 56), mercredi 12 mai, a permis la mise à l'abri de 708 personnes, dont "210 femmes isolées ou personnes en famille", selon un communiqué de la préfecture d'Ile-de-France.

"Ces personnes bénéficient, ou bénéficieront très prochainement, d'un accompagnement social, sanitaire et administratif afin d'être orientées vers des hébergements adaptés à leur situation", ont ajouté les autorités.

Dès 13h, mercredi, des centaines d'exilés s'étaient rassemblés dans le centre de Paris pour réclamer un hébergement décent. La plupart vivaient dans des campements informels dans le nord de la capitale ou dans des squats. Les plus chanceux étaient hébergés via le réseau citoyen des associations parisiennes.

Parmi eux Ismaïl, un Tchadien de 17 ans qui dormait depuis trois mois sous une tente porte de la Chapelle. "La vie est trop dure ici. Les associations m'ont dit de venir à République pour être hébergé ce soir", a-t-il expliqué à InfoMigrants.

Une nouvelle action prévue

Après la prise en charge rapide des femmes et des familles en début d'après-midi, les hommes seuls ont fait la queue pendant plusieurs heures pour espérer monter dans la dizaine de bus mis à disposition par l'État. Ils ont été orientés vers des hébergements d'urgence.

Reste qu'une centaine d'entre eux n'ont pas pu bénéficier d'une telle mesure et sont restés à la rue, "malgré la promesse de la préfecture de mettre à l'abri toutes les personnes présentes", signale Utopia 56 dans un communiqué.

Le collectif Réquisitions assure qu'une nouvelle action est prévue prochainement pour leur permettre d'accéder à un hébergement. La préfecture a, de son côté, affirmé que l'État poursuivrait "son action pour continuer la mise à l'abri" et que les "personnes non prises en charge ce jour" pouvaient "se présenter aux accueils de jour."

L'opération place de la République mercredi est la cinquième action du collectif Réquisitions depuis le début de l'année. Plus de 1 700 personnes ont pu être mises à l'abri suite aux différentes occupations, dont l'école maternelle désaffectée du XVIe arrondissement, ou encore le gymnase Japy dans le XIe arrondissement de la capitale.

"Ces actions d’envergure ne devraient en aucun cas être nécessaires. Personne ne devrait avoir à passer une nuit, des semaines, voire des mois à la rue sans qu’aucune solution ne leur soit proposée. Personne ne devrait se voir abandonner par l’État, et ce, quelle que soit sa situation administrative", soutient Utopia 56.

 

Et aussi

Webpack App