Le corps d'un migrant est emmené à la morgue, le 20 mai 2021 à Ceuta. Crédit : Reuters
Le corps d'un migrant est emmené à la morgue, le 20 mai 2021 à Ceuta. Crédit : Reuters

Deux personnes sont mortes depuis lundi en tentant de rallier l'enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc voisin. La région a vu arriver environ 10 000 migrants en seulement quelques jours, provoquant une crise diplomatique entre l'Union européenne et le Maroc.

Le corps sans vie d'un migrant a été repêché jeudi 20 mai par la garde-civile espagnole, au large de Ceuta. L'homme a été retrouvé flottant à la dérive non loin du rivage, ont indiqué les autorités.

Lundi déjà, le corps d'un premier homme avait été découvert sur la plage de l'enclave espagnole. Il s'était noyé en tentant de rejoindre Ceuta à la nage depuis le Maroc voisin.

>> À (re)lire : Près de 10 000 arrivées de migrants en une journée à Ceuta : les raisons d'un tel afflux

Selon les médias espagnols, d'autres corps pourraient être découverts sur les rivages de Ceuta dans les prochains jours. De nombreuses personnes ont disparu en traversant à la nage le bras de mer qui sépare l'enclave du royaume chérifien.

Même si Ceuta n'est située qu'à une centaine de mètres des côtes marocaines, les risques d’une telle traversée à la seule force des bras et des jambes restent élevés. "Oui, il y a des tragédies, parce que nager dans cette zone est dangereux. Déjà l’eau est froide et il y a des courants marins trompeurs", expliquait début avril à InfoMigrants Mohammed Ben Issa, membre de l’Observatoire des droits de l’Homme au Maroc. "Les migrants pensent que nager est le chemin le plus rapide mais c’est surtout très dangereux."

L'enclave espagnole est depuis lundi le théâtre d'un afflux migratoire sans précédent. Environ 8 000 migrants ont débarqué à Ceuta, un record dans la région. Ces arrivées ont provoqué une crise diplomatique entre l'Espagne et le Maroc, accusé par Madrid d'"agression et de chantage".

L'Union européenne a de son côté dénoncé un "manque de respect". "Personne ne peut intimider ou faire chanter l'Union européenne (...) sur le thème migratoire", a déclaré Bruxelles par la voix du vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas, dans une allusion claire au Maroc.

 

Et aussi