Le port de Zarzis. Crédit : InfoMigrants
Le port de Zarzis. Crédit : InfoMigrants

Cent migrants, dont huit bébés et dix femmes, partis de Libye, ont été secourus lundi par un navire de l'armée tunisienne au large de Zarzis. Le moteur de leur embarcation était tombé en panne.

Un navire de l'armée tunisienne a secouru lundi 24 mai 100 migrants, parmi lesquels huit bébés et dix femmes, au large de la ville de Zarzis, dans le sud-est de la Tunisie, a indiqué le ministère de la Défense. 

Partis à l'aube des côtes libyennes, ces migrants, "tous" originaires de pays d'Afrique subsaharienne, tentaient de rallier clandestinement l'Europe à bord d'une embarcation pneumatique. "Ils étaient en danger. Le moteur de leur embarcation est tombé en panne", a précisé à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère.

Ils ont été emmenés sur la base maritime de Sfax, dans le centre du pays, "pour être par la suite présentés aux unités de la garde nationale (gendarmerie) pour prendre les mesures juridiques nécessaires à leur encontre", a encore indiqué le ministère, sans donner plus de détails.

11 000 départs de Libye entre janvier et avril 2021

La Tunisie porte régulièrement secours à des migrants partis de Libye voisine ayant fait naufrage en Méditerranée centrale, l'une des routes migratoires les plus meurtrières selon les Nations unies (entre le 1er janvier et le 17 mai 2021, l'ONU a décompté plus de 700 morts en Méditerranée). Le 18 mai, plus de 50 personnes ont été portées disparues et une trentaine ont été secourues au large de la Tunisie après le naufrage de leur bateau parti de Libye.

>> À (re)lire : Plus de 50 migrants disparus dans un naufrage au large de la Libye

Les départs depuis la Libye ont d'ailleurs nettement augmenté, avec 11 000 départs de janvier à avril 2021, soit 73% de plus qu'à la même période l'an passé. En cause : la "détérioration" de la situation pour les étrangers dans le pays, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Les départs et tentatives de départ depuis la Tunisie connaissent, eux aussi, une augmentation. En mars, Romdhane Ben Amor, porte-parole du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), expliquait à InfoMigrants que ce phénomène était provoqué notamment par la récente vague de protestations politiques dans le pays et par l'impact du Covid.

 

Et aussi