187 migrants ont été interceptés, jeudi 27 mai, par les garde-côtes libyens et ramenés en Libye. Crédit : OIM Libye 2021
187 migrants ont été interceptés, jeudi 27 mai, par les garde-côtes libyens et ramenés en Libye. Crédit : OIM Libye 2021

Plus de 300 migrants, partis de la ville de Zouara mercredi, ont été interceptés jeudi soir au large de la Libye par les garde-côtes, a annoncé l'Organisation internationale pour les migrations. La veille, 187 personnes avaient déjà été interceptées en mer. Tous ont été envoyés en détention.

Plus de 300 migrants ont été interceptés au large des côtes libyennes, à bord de plusieurs embarcations, jeudi 27 mai dans la soirée, a annoncé l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) vendredi.

Les migrants étaient partis la veille au soir sur trois bateaux pneumatiques et un bateau en bois de la ville de Zouara, dans l'ouest de la Libye, dans l'espoir d'atteindre les côtes européennes. Au total, 308 personnes, dont huit femmes et cinq enfants, étaient présentes sur ces embarcations. Plus d'une centaine était originaire du Soudan.

"Tous ont été envoyés en détention", a commenté Safa Msehli, porte-parole de l'OIM.

"Nous maintenons que le pays n'est pas un port sûr'

Jeudi, 187 migrants, en route eux aussi vers l'Europe, avaient déjà été interceptés par les garde-côtes libyens et ramenés en Libye, toujours selon une communication de l'OIM.

À leur retour sur le sol libyen, ces personnes ont reçu une aide d'urgence avant d'être emmenées en centres de détention, procédure classique lors d'interceptions de migrants en mer par les garde-côtes libyens.

"Nous maintenons que le pays n'est pas un port sûr et que la détention arbitraire des migrants doit cesser", a réagi l'organisation onusienne.

>> À (re)lire : Des corps d'enfants et de bébés s'échouent sur une plage libyenne

Malgré le danger de la traversée, les départs de migrants depuis les côtes libyennes se sont multipliés ces derniers mois. Dans un rapport publié mercredi, l'ONU a demandé à la Libye et l'Union européenne de réformer leurs opérations de recherche et de sauvetage en mer Méditerranée. L'agence internationale estime que les pratiques actuelles privent les migrants de leurs droits et de leur dignité, quand elles ne leur ôtent pas la vie.

>> A (re)lire : Qu'advient-il des migrants interceptés en mer par les garde-côtes libyens ?

En 2020, au moins 10 352 migrants ont été interceptés par les garde-côtes libyens et renvoyés en Libye. Arrivés dans ce pays, ils sont confrontés à une série de violations et d'abus graves des droits de l'Homme, a accusé l'ONU qui conclut que la Libye n'est pas un lieu sûr où débarquer les migrants.

 

Et aussi

Webpack App