Les traversées de la Manche ont fortement augmenté en 2020. Crédit : Reuters
Les traversées de la Manche ont fortement augmenté en 2020. Crédit : Reuters

Trois opérations distinctes ont permis le sauvetage de 34 migrants au large de Calais, Dunkerque et Boulogne-sur-Mer. Tous sont sains et saufs.

Trois opérations de sauvetage ont eu lieu jeudi 27 mai, au large de Calais, Dunkerque et Boulogne-sur-Mer. Au total, 34 migrants ont été secourus, a indiqué la préfecture de la Manche et de la mer du Nord.

Une première embarcation de migrants se signalant en difficulté au large de Calais a été communiqué au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez. Un patrouilleur de la Marine nationale, le Flamant, a été envoyé sur place et a pu secourir six migrants.


Puis le même patrouilleur a été appelé sur une seconde opération, cette fois dans le canal des Dunes à Dunkerque. Il a pu secourir 21 personnes, dont deux femmes. Tous ont été ramenés au port de Calais, et pris en charge par les sapeurs-pompiers, le commissariat de la ville et des agents de la police aux frontières (PAF).

>> À (re)lire : Calais : une centaine de migrants tentent de pénétrer dans le port en pleine nuit

Un troisième sauvetage a ensuite été opéré au nord-ouest du Cap Gris-Nez, où le semi-rigide des Affaires maritimes, le Fort de l’Heurt, a récupéré sept naufragés. Ils ont été ramenés au port de Boulogne-sur-Mer où les attendaient la PAF et les pompiers.

Les 34 migrants secourus ce jour-là sont tous "sains et saufs", selon la préfecture.

Plus de 180 migrants secourus en un mois

La semaine dernière déjà, les autorités françaises avaient secouru 106 migrants qui tentaient de traverser la Manche pour rejoindre les côtes anglaises sur trois embarcations. L'un d'entre eux était tombé à l'eau. Tous tentaient de traverser la mer pour rejoindre les côtes anglaises.

Depuis le début du mois de mai, plus de 180 migrants ont été secourus dans les eaux françaises et ramenés à terre, selon les chiffres communiqués par la préfecture maritime.

>> À (re)lire : Une centaine de migrants, dont l'un tombé à l'eau, secourus dans la Manche

Le préfet de la région met régulièrement en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, "une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle par exemple), affirme-t-il. Et donc dangereuse pour la vie humaine".

 

Et aussi