Des migrants dans la Manche. Capture d'écran du compte twitter de la préfecture de la Manche et de la mer du Nord.
Des migrants dans la Manche. Capture d'écran du compte twitter de la préfecture de la Manche et de la mer du Nord.

Les tentatives de traversées de la Manche se sont multipliées durant les quatre premiers mois de 2021 et ont atteint le nombre record de 568 arrivées en quatre jours, fin mai. Dans le sud de l’Angleterre, les centres d’accueil pour migrants sont débordés.

Alors que l’été n’a pas encore commencé, le nombre de traversées de la Manche par des migrants à bord de petites embarcations ("small boats") a atteint le nombre record de 568 arrivées en quatre jours, fin mai, a confirmé le ministère britannique de l’Intérieur (Home office).

Selon un calcul établi par InfoMigrants à partir des chiffres donnés par le Home office, le nombre de migrants arrivés entre le vendredi 28 mai et le mardi 1er juin atteignait même 700.

En effet, au cours de la seule journée de vendredi 28 mai, les autorités britanniques ont observé l’arrivée de 336 personnes, à bord de 19 canots, selon la BBC, citant les chiffres du Home office. Samedi, ce sont 144 personnes qui ont débarquées à bord de sept canots. Dimanche, 17 personnes se trouvaient dans un canot qui a été ramené sur les côtes britanniques. Lundi, trois embarcations arrivées au Royaume-Uni transportaient 71 personnes. Et mardi, ce sont 132 personnes qui sont arrivées à bord de six canots, a rapporté le reporter de la BBC dans la région de Douvres, Simon Jones, s'appuyant sur les données du Home office.

Selon The Guardian, "au cours des quatre premiers mois de 2021, le nombre de personnes qui ont traversé - 2 108 - a plus que doublé par rapport aux 896 qui ont traversé au cours de cette période en 2020".

Les autorités britanniques estiment que cette forte hausse serait due à un changement de méthode employée par les passeurs dans la région du Calaisis. "Les passeurs vietnamiens délaiss[ent] les camions au profit des petits bateaux, qui s'avèrent être un moyen plus efficace d'atteindre le Royaume-Uni", souligne The Guardian. 

Selon le quotidien britannique, réussir à traverser la Manche en camion "nécessite en moyenne huit à dix essais, alors que le voyage en petit bateau prend en moyenne un ou deux essais".

Dégradation des conditions de vie

Dans les infrastructures dédiées à l’accueil des migrants dans le Kent, les équipes sont débordées. "Il n'y a pas assez de personnel, pas assez d'espace et pas assez de ressources à Tug Haven", a déclaré au Guardian Lucy Moreton de l'ISU, le syndicat du personnel des frontières, de l'immigration et des douanes, évoquant le centre où sont envoyés les migrants juste après leur arrivée.

La prise en charge des exilés est notamment retardée par les tests Covid qu’ils doivent subir et qui sont réalisés par des médecins bénévoles. Une information démentie par le Home office qui assure que les tests "sont effectués par des entreprises et non des bénévoles".

La forte hausse des traversées s’explique par les températures estivales mais aussi par la dégradation des conditions de vie des exilés à Calais et dans la région. En cause, notamment, les évacuations toutes les 48 heures des lieux de vie des migrants qui s’accompagnent parfois de violences.

Mardi 3 juin, le collectif Human rights observers (HRO) qui documente les cas de violences policières envers les exilés dans les régions de Calais et Grande Synthe, a rapporté que des gaz lacrymogènes et des balles de LBD avait été utilisés contre des migrants.


 

Et aussi