Les autorités britanniques vérifient l'intérieur des camions pour repérer d'éventuels migrants (archives). Crédit : Reuters
Les autorités britanniques vérifient l'intérieur des camions pour repérer d'éventuels migrants (archives). Crédit : Reuters

Un chauffeur de poids lourd a été condamné à un an de prison ferme par le tribunal de Dunkerque, dans le nord de la France, après la découverte de trois migrants vietnamiens dans la couchette de son véhicule.

Cet après-midi du jeudi 27 mai, les douaniers de la ville de Bailleul, dans le nord la France, effectuent un contrôle de routine sur un camion stationné dans une avenue un peu à l'écart du centre-ville. À l’intérieur, un brouilleur GPS, dont le chauffeur affirme qu’il n’est pas à lui. Mais surtout, trois migrants de nationalité vietnamienne, prostrés dans la couchette du poids lourd.

Âgés de 18, 19 et 30 ans, les trois hommes se cachent là depuis près d'une heure, soit depuis leur montée dans le véhicule à Lille, rapporte Nord Littoral. Le chauffeur, Nicusor Dimitru, originaire de Roumanie, était parti un peu plus tôt ce jour-là de Sarreguemines en Moselle. 

>> À (re)lire : "Le transport par camion est privilégié par les migrants et les passeurs. Tous les réseaux fonctionnent avec"

Lundi 7 juin, il a été condamné par le tribunal de Dunkerque à 12 mois de prison avec maintien en détention, pour aide à l’entrée et au séjour d’individus en situation irrégulière. Il a également écopé d’une amende de 3 000 euros, et d’une interdiction du territoire français d’une durée de cinq ans.

Un triste rappel de l’affaire londonienne

Si cette fois les trois migrants sont sains et saufs, l’affaire fait tristement écho à la découverte, en 2019, de 39 corps de migrants vietnamiens dans la remorque d'un camion en Angleterre. Montés à Bierne dans le nord de la France, tous sont morts d'asphyxie et d'hyperthermie.

>> À (re)lire : Croatie : un camion transportant des migrants se retourne sur l'autoroute, 4 morts et 11 blessés

Maurice Robinson, le chauffeur qui conduisait le camion avait été condamné à 13 ans et quatre mois d'emprisonnement. Ronan Hughes, un transporteur routier nord-irlandais de 41 ans, et Gheorghe Nica, un ressortissant roumain de 43 ans, accusés d'être les organisateurs du trafic, avaient été condamnés eux à 20 et 27 ans de prison pour homicides involontaires et trafic de migrants.

L’Europe, "la seule solution"

La plupart des victimes du drame étaient originaires d'une région pauvre du centre du Vietnam, où l’émigration vers le Royaume-Uni est bien souvent la seule solution envisagée par les familles, dans l’espoir d’une vie meilleure.

>> À (re)lire : Trafic d’êtres humains : le cas de la filière vietnamienne

"Ces migrants sont souvent des pêcheurs, des agriculteurs, des petits commerçants issus principalement de deux provinces pauvres du Vietnam, dont celle de Nghê An au centre nord du pays" précise Nadia Sebtaoui, membre de l'ONG américaine Pacific Links Fondation à France Inter. Ce sont des populations fortement soumises aux catastrophes naturelles et industrielles […] Pour eux, la seule solution est de partir en Europe pour subvenir aux besoins de l'ensemble de leur famille".

D’après un rapport publié par France terre d'asile et l’Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine en 2017, pour ces candidats au départ, la route de l’exil est presque toujours la même : un vol Hanoï-Moscou avec un visa tourisme, puis une longue route à pied et en camion à travers l'Europe pour rejoindre la Belgique ou la France, puis l'Angleterre. S’ils survivent jusque là.

 

Et aussi

Webpack App