Plus d'une centaines de personnes ont été secourues par les autorités françaises mercredi 2 septembre 2020 alors qu'elles tentaient de traverser la Manche. Crédit : Twitter @premarmanche
Plus d'une centaines de personnes ont été secourues par les autorités françaises mercredi 2 septembre 2020 alors qu'elles tentaient de traverser la Manche. Crédit : Twitter @premarmanche

Les migrations irrégulières sur le littoral ont été discutées lors d'un entretien téléphonique entre Boris Johnson et Emmanuel Macron, à quelques jours du sommet du G7. Malgré des politiques migratoires toujours plus dures, les migrants continuent de traverser la Manche.

Quelques jours avant la grand-messe du G7 à Londres, Boris Johnson et Emmanuel Macron se sont entretenus au téléphone en début de semaine. Au menu des discussions : lutte contre le coronavirus, changement climatique, accords de pêche post-Brexit mais aussi migrations illégales outre-Manche.

Si le Premier ministre britannique a "noté la coopération en cours pour lutter contre les traversées de petits bateaux dans la Manche", il a également insisté auprès du président français sur la "nécessité de redoubler d'efforts pour dissuader les migrants de tenter ce voyage périlleux suite à l'augmentation inquiétante des incidents ces dernières semaines", indique un communiqué du 10, Downing Street.

Pour repérer les migrants, des drônes, des radars ...

Des chiffres qui sonnent comme un aveu d’échec pour la politique de durcissement appliquée dans la Manche par les deux pays depuis quelques mois. En novembre dernier, un nouvel accord visant à freiner les traversées a été signé entre Paris et Londres. Appliqué dès le 1er décembre, il a notamment permis le doublement des effectifs des patrouilles françaises, désormais "appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent la traversée", avait fait savoir la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel.

>>À (re)lire : La France et le Royaume-Uni signent un accord pour freiner les traversées de la Manche

De son côté, le ministère français de l'Intérieur avait souligné l'engagement financier du Royaume-Uni, à hauteur de de 31,4 millions d'euros, "pour soutenir les efforts importants de la France contre les traversées irrégulières". Priti Patel s'était félicitée de l'accord conclu avec le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin, tous deux réunis, selon elle, par "une mission" commune : celle "de rendre impossibles les traversées de la Manche".

... et des filets de pêche

L'application politique d'une autre mission attribuée celle-ci quelques mois plus tôt à un ancien de la Royal Marine, Dan O'Mahoney. Le gouvernement britannique avait en effet chargé cet ancien membre du corps britannique de l'infanterie de marine, qui a servi en Irak et au Kosovo, de rendre la Manche "impraticable".

L'objectif du poste ? "Collaborer étroitement avec les Français pour accentuer le travail en commun déjà en cours, en explorant en priorité un renforcement des actions en France, y compris des mesures plus strictes et des opérations d'interception en mer et de retour des bateaux à leur point de départ", avait précisé la ministre britannique de l'Intérieur.

Dan O'Mahoney avait d'ailleurs dévoilé au Sunday Telegraph une des méthodes qu'il envisageait de déployer pour mener à bien sa mission : l'utilisation de filets de pêche, pour empêcher les canots de migrants de rejoindre les côtes de Douvres, en bloquant les hélices et ainsi immobiliser les embarcations.

>>À (re)lire : Face à l'afflux de migrants, Londres veut rendre "impraticable" la traversée de la Manche

La pose de barrages dans certaines zones de la Manche ou encore la possibilité de relier des petits bateaux entre eux pour former une barrière sont d'autres possibilités évoquées par le gouvernement britannique, qui tente par tous les moyens d'empêcher les traversées.

Une stratégie inefficace

Des méthodes qui semblent, jusqu'ici, ne pas porter leurs fruits. Du 1er janvier au 31 mai, le Home Office a comptabilisé près de 3 600 arrivées sur son sol. Et, depuis quelques semaines, en raison d'une météo clémente, les traversées sur la Manche battent des records.

>> À (re)lire : Le nombre de traversées de la Manche atteint un nombre record en mai

D'après un décompte établi par InfoMigrants, environ 700 migrants ont atteint le Royaume-Uni en traversant la Manche en seulement quatre jours, du vendredi 28 mai au mardi 1er juin. Rien qu'hier, 93 migrants ont accosté sur les côtes britanniques.

 

Et aussi

Webpack App