Les migrants au bout de la digue de Melilla, arrêtés par les forces de l'ordre, le 16 juin 2021. Crédit : Guardia Civil/Twitter
Les migrants au bout de la digue de Melilla, arrêtés par les forces de l'ordre, le 16 juin 2021. Crédit : Guardia Civil/Twitter

Dans la matinée de mardi, environ 150 migrants, d'Afrique subsaharienne et du Maroc, ont tenté d'entrer par la force dans l'enclave espagnole de Melilla en contournant la frontière maritime. Selon les forces de l'ordre, l'assaut a été violent : les migrants armés de bâtons et jetant des pierres auraient blessé une vingtaine de policiers. Tous ont été renvoyés au Maroc.

Vers 5h30 du matin, mardi 15 juin, près de 150 migrants, en majorité originaires d’Afrique subsaharienne, ont tenté de pénétrer la frontière sud de Melilla, l’enclave espagnole au Maroc. L’assaut s’est déroulé vers la plage de Dique sur, non loin du port marocain de Beni Ansar.

Selon les forces de l’ordre espagnoles et la délégation gouvernementale de Melilla, les migrants ont été particulièrement violents, armés de "bâtons" et lançant des pierres contre les forces de l'ordre pour essayer d'entrer. Selon la presse locale, certains étaient même armés de barres de fer.

Au cours de cette tentative de passage en force, une vingtaine de policiers ont été blessés, dont six obligés de se mettre en arrêt maladie. D'après le journal espagnol El País, les policiers blessés souffrent principalement d'ecchymoses "et les pronostics sont sans gravité".

Selon les images fournies par la Guardia civile, les migrants ont été arrêtés par les forces de l’ordre juste avant leur entrée dans Melilla. Tous ont été renvoyés vers le Maroc voisin.

Ce passage reste inédit par le nombre de personnes impliquées. Les arrivées à Melilla - bien que quasi-quotidiennes - étaient jusque là, rarement massives, estimaient au mois de mai les collectifs d'aide aux migrants basés à Melilla. "Les tentatives de passage se font souvent à une trentaine de personnes", mais rarement au dessus de 100, expliquait ainsi une membre du CEAR (Comisión Española de Ayuda al Refugiado).

Cette tentative d'entrée a lieu presqu'un mois, jour pour jour, après l'arrivée exceptionnelle de 8 000 migrants à Ceuta, l'autre enclave espagnole située sur la côte marocaine.


La frontière "Dique sur" entre Melilla et Beni Ansar, au sud de Melilla, au mois de mai 2021. Crédit : InfoMigrants
La frontière "Dique sur" entre Melilla et Beni Ansar, au sud de Melilla, au mois de mai 2021. Crédit : InfoMigrants


Depuis le début de l’année, le CEAR estime qu’il y a eu environ 800 arrivées de migrants à Melilla (qui compte 85 000 habitants).

Melilla et Ceuta constituent les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l’Afrique. Ces deux enclaves sont régulièrement le théâtre de charges massives de la part de migrants pour tenter de franchir en force les clôtures qui les séparent du Maroc.

Ceux qui arrivent à entrer dans l'enclave peuvent déposer un dossier d'asile et sont envoyés au CETI, le seul centre de demandeurs d'asile de Melilla. Ils ont ensuite la possibilité d'être transférés sur le continent le temps de l'instruction de leur demande. En vertu d'un accord bilatéral entre Madrid et Rabat, les Marocains sont généralement renvoyés dans leur pays sans avoir la possibilité de demander la protection de l'Espagne.

 

Et aussi