Des migrants arrivent dans le port de Lampedusa, le 1er novembre 2020. Crédit : Ansa
Des migrants arrivent dans le port de Lampedusa, le 1er novembre 2020. Crédit : Ansa

Au cours de la seule journée de mardi, plus de 600 migrants, dont des mineurs, ont accosté sur les côtes de l’île italienne de Lampedusa. Les exilés étaient principalement partis de Tunisie. Prévu pour accueillir 250 personnes, le hotspot de l’île en compte aujourd’hui plus de 1 300.

La plupart des arrivées ont eu lieu de nuit. En tout, ce sont plus de 600 migrants qui sont arrivées sur l’île de Lampedusa mardi 15 juin. Selon l’agence Ansa, huit bateaux sont arrivés "à partir de minuit" sur l’île. La plupart n’avait que quelques dizaines de personnes à leur bord mais le huitième bateau à débarquer en comptait, lui, 384.

À leur arrivée, les exilés ont été identifiés et testés au Covid puis la plupart amenés dans le seul centre d'accueil de l'île alors que d’autres ont été transférés à bord d’un ferry amarré à Porto Empedocle, en Sicile.

Les personnes arrivées récemment sont originaires du Bangladesh, d'Érythrée, d'Égypte, du Liban, du Cameroun, du Maroc, du Soudan, du Pakistan, du Togo, du Tchad, du Sénégal et de Tunisie.

>> À (re)lire : Que se passe-t-il pour les migrants, secourus en mer, qui arrivent en Italie ?

Le maire de la commune de Lampedusa, Salvatore Martello, a demandé à être reçu par le Premier ministre Mario Draghi. Pour l'édile, "le système des navires de quarantaine fonctionne, le hotspot se vide avec des transferts en continu, mais quand il n'y aura plus de Covid et de navires de quarantaine, comment le problème sera-t-il traité ?", interroge-t-il cité par le média Rai news.

"Situation explosive"

Les arrivées de migrants sont en constante hausse à Lampedusa depuis plusieurs mois, notamment au cours de plusieurs jours au mois de mai où plusieurs milliers d’exilés ont accosté sur les côtes de l’île.

"La situation à Lampedusa est littéralement explosive", avait alors déclaré un membre d'un syndicat de police, Domenico Pianese. ”Si nous avons un autre jour comme aujourd'hui, avec des débarquements incessants, ce ne sera pas possible de garantir la sécurité sanitaire."

Malgré la crise de coronavirus, le mouvement de migration clandestine à partir des pays du Maghreb, notamment de la Tunisie et de la Libye, vers l'Europe se poursuit, notamment à destination de l'Italie. Entre le 1er janvier et le 21 avril 2021, 8 604 personnes sont arrivées en Italie, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Samedi 12 juin, ce sont plus de 2 000 personnes qui ont quitté l’Afrique du nord à bord d’embarcations. Un millier de personnes ont réussi à atteindre l'île italienne de Lampedusa tandis qu'environ mille autres ont été interceptées en mer et renvoyées en Libye.

 

Et aussi

Webpack App