Des migrants le long de la frontière de Ceuta, le 17 mai 2021. Crédit : Picture alliance
Des migrants le long de la frontière de Ceuta, le 17 mai 2021. Crédit : Picture alliance

Une enquête a été ouverte après la découverte, mardi, par la Garde civile espagnole d'un corps sans vie dans les eaux de l'enclave de Ceuta. Ce n'est pas la première fois que des migrants perdent la vie en tentant de rallier à la nage les enclaves de Ceuta et Melilla depuis les plages marocaines voisines. Ces traversées sont très dangereuses.

Des agents de la Garde civile espagnole ont récupéré mardi 15 juin, un corps dans les eaux de Ceuta. Vraisemblablement d'origine marocaine, la victime portait une combinaison. Le corps a été transféré à la morgue municipale de l’enclave pour être autopsié.

La découverte a eu lieu vers 17h30 en mer. Des membres de la police judiciaire se sont rendus sur les lieux pour ouvrir une enquête : ils cherchent, d'une part, à comprendre les circonstances de la mort et, d'autre part, à identifier le corps.

Pour l’heure, les autorités tentent de savoir si la victime était un candidat à l’exil ou un étranger qui s’est accidentellement noyé. Le fait que le corps ait été retrouvé avec une combinaison en néoprène, ce tissu imperméable qui est utilisé par les surfeurs, fait pencher les enquêteurs vers la première solution. De nombreux migrants s’équipent de combinaisons et de palmes pour tenter de rallier à la nage les enclaves espagnoles depuis les plages marocaines voisines.

Ce ne serait pas la première fois que des migrants périssent au large des plages de Ceuta et Melilla. Le corps sans vie d'un migrant a été repêché jeudi 20 mai par la Garde civile espagnole, au large de Ceuta. L'homme a été retrouvé flottant à la dérive non loin du rivage, ont indiqué les autorités. Trois jours avant, le corps d'un premier homme avait déjà été découvert sur la plage de l'enclave espagnole. Il s'était noyé en tentant de rejoindre Ceuta à la nage depuis le Maroc voisin.

>> A relire : Nager jusqu’à Melilla : "Les migrants pensent que c’est plus rapide mais c’est surtout très dangereux"

Quatre migrants d’Afrique subsaharienne sont, eux, décédés au début du mois de mars après avoir tenté de rallier à la nage l’enclave espagnole de Melilla, à 400 km de Ceuta.

Même si Ceuta et Melilla ne sont situées qu'à une centaine de mètres des côtes marocaines, les risques d’une telle traversée à la seule force des bras et des jambes restent élevés. "Oui, il y a des tragédies, parce que nager dans cette zone est dangereux. Déjà l’eau est froide et il y a des courants marins trompeurs", expliquait début avril à InfoMigrants Mohammed Ben Issa, membre de l’Observatoire des droits de l’Homme au Maroc. "Les migrants pensent que nager est le chemin le plus rapide mais c’est surtout très dangereux."

Depuis plusieurs années, les migrants, désespérés, multiplient les prises de risque pour essayer de rejoindre Ceuta et Melilla. Les deux enclaves espagnoles, au nord du Maroc, représentent les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique.

 

Et aussi

Webpack App