Crédit : Facebook
Crédit : Facebook

Coiffure, manucure, soins du visage... Depuis 2011, le salon Joséphine propose aux femmes en difficulté de se faire dorloter à des prix très bas afin de les réinsérer dans la société.

"Si vous avez perdu l’estime de vous, il est très compliqué d’aller de l’avant". C’est en partant de ce postulat que Lucia Iraci a ouvert un salon solidaire dans le quartier de la Goutte d’or à Paris. Le concept : offrir des soins de beauté à bas coût pour les femmes dans le besoin. Et ça marche. Depuis six ans, le lieu a accueilli près de 6 000 personnes : quelques migrantes mais aussi des sans domicile fixe ou des femmes en situation de grande précarité.

Afin de garantir des prix bas, l’institut reçoit des dons de grandes marques de cosmétique. Et à chaque fin de saison, les produits restants sont vendus à la clientèle à des prix défiants toute concurrence.

"Leur regard s’illumine"

Orientées par des associations, les femmes viennent ici pour se faire coiffer, épiler ou encore profiter de soins de la peau. Elles payent les services entre un et cinq euros. Un principe auquel tient Lucia Iraci, la gérante – qui est aussi la présidente de l’association Joséphine. Le prix est symbolique, bien sûr, mais la transaction financière leur permet de se sentir comme n’importe quelle autre femme. "Elles sont très fières d’ouvrir leur porte-monnaie, assure la gérante. En partant, elles ne s’estiment pas précaires mais simples clientes".

Lucia Iraci, qui est aussi gérante d’un salon "ordinaire" à Odéon, dans un quartier chic de Paris, veut redonner de la dignité à ces femmes. "Se sentir belle est un premier pas. À partir de là, tout devient beaucoup plus facile", assure-t-elle.

Lucia Iraci

Se réinsérer dans la société

Ces moments de détente vont au-delà de l’aspect purement superficiel. Ici, on écoute ces femmes, on les dorlote, et surtout on les regarde. "En général, quand elles arrivent la première fois au salon, elles osent à peine se regarder dans le miroir. Et d’un coup, leur regard s’illumine", se réjouit Lucia Iraci.

Les bénévoles qui y travaillent sont donc tour à tour, coiffeurs, esthéticiens, confidents, et éducateurs. Car, en plus des soins pratiqués, l’institut organise des ateliers de sophrologie, des séances avec un psychologue bénévole, et des ateliers CV. "Le principe est aussi d’avoir un projet de vie. Par la beauté, nous les aidons à se réinsérer dans la société", conclut Lucia Iraci.

Le Salon Joséphine reçoit sur rendez-vous : salonparis@josephinebeaute.fr ou 01.42.59.43.36. Adresse : 28 rue de la Charbonnière - 75018 Paris

 

Et aussi