Le mois dernier, des centaines de personnes ont manifesté à Munich contre les expulsions vers l'Afghanistan. Crédit : Picture alliance
Le mois dernier, des centaines de personnes ont manifesté à Munich contre les expulsions vers l'Afghanistan. Crédit : Picture alliance

Plus de trois quarts des demandeurs d'asile afghans qui décident de faire appel de leur expulsion devant les tribunaux allemands finissent par obtenir gain de cause.

Selon de nouveaux chiffres publiés par le gouvernement allemand, la justice allemande se prononce de plus en plus en faveur des demandeurs d’asile afghans qui décident de faire appel de leur expulsion vers l’Afghanistan. Ces données ont été rendues publiques par le ministère allemand de l’Intérieur suite à une question au Parlement portée par le parti de gauche Die Linke.

Ainsi, les tribunaux ont donné raison aux demandeurs d’asile afghans dans plus de trois quarts (76%) des quelque 4 200 recours examinés entre janvier et mai de cette année, contre seulement 55% des cas sur la même période en 2020. 

>> À (re)lire : Afghanistan : les pays frontaliers s'inquiètent d'un afflux de réfugiés avec l'avancée des Taliban

Pour la députée de gauche Ulla Jelpke, ces chiffres confirment que les conservateurs au pouvoir font fausse route en continuant à soutenir la poursuite des expulsions vers l’Afghanistan, malgré l’insécurité et la montée en puissance des Taliban dans le pays, renforcées par l’actuel retrait des troupes étrangères. 

Mardi 3 août, un vol charter qui devait partir de Munich avec à son bord six Afghans a dû être annulé à la dernière minute. Selon le ministère allemand de l’Intérieur, des détonations à Kaboul n’auraient pas permis de garantir la sécurité des expulsés. Dans la foulée, Berlin a néanmoins assuré que le vol sera reporté à une date ultérieure.

Contraire au droit européen ?

Mardi toujours, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a également conduit l’Autriche à reporter l’expulsion d’un demandeur d’asile afghan. La Cour a bloqué son renvoi au moins jusqu’à la fin du mois d’août en estimant qu’il pourrait être contraire au droit européen sur les expulsions vers des zones en conflit.

Cependant, pour le gouvernement autrichien, cette décision de la CEDH concerne "un cas individuel spécifique" et non pas la politique "générale" de l’Autriche en matière d’expulsions vers l’Afghanistan.

>> À (re)lire : "Si les Taliban arrivent à Kaboul, je me suicide avant d’être tuée" : la détresse d’une auxiliaire afghane de l’armée française après un nouveau refus de visa

Mais pour l’ONG allemande de défense des migrants Pro Asyl, la décision de la CEDH "montre à quel point le problème est brûlant en matière de droits de l’Homme et à quel point la situation sur place [en Afghanistan] est critique".

D’ailleurs, le pouvoir afghan a lui-même récemment appelé l’Europe à stopper les expulsions de ses ressortissants pour les trois prochains mois. Une demande que le ministère allemand de l’Intérieur serait toujours en train d’étudier, selon l’agence de presse DPA.

Depuis le début de l'année, l’Allemagne a expulsé 167 personnes vers l'Afghanistan. Parmi les migrants renvoyés, certains sont des repris de justice mais d'autres sont des Afghans bien intégrés dans la société, déplore Pro Asyl.

Avec agences

 

Et aussi