Mheddin Saho craint de ne pas pouvoir s'intégrer s'il est expulsé vers l'Espagne | Source : Capture d’écran d’un reportage du Bayerischer Rundfunk
Mheddin Saho craint de ne pas pouvoir s'intégrer s'il est expulsé vers l'Espagne | Source : Capture d’écran d’un reportage du Bayerischer Rundfunk

Le Syrien Mheddin Saho est aveugle. Malgré son handicap, un tribunal allemand a confirmé son expulsion vers l’Espagne au nom du règlement de Dublin. Seul l’asile religieux lui permet encore de rester en Allemagne, où il est sur le point de décrocher un master.

Pour la deuxième fois déjà, l’église allemande a décidé d’accorder l’asile religieux à Mheddin Saho, un syrien aveugle de 27 ans menacé d’expulsion vers l’Espagne. Son recours devant un tribunal administratif avait échoué fin juin.

Mheddin Saho se trouve désormais dans un monastère en Bavière, comme l’a confirmé son avocat, Thomas Oberhäuser. Ce dernier n’a toutefois pas voulu révéler le nom exact du monastère, afin, dit-il, de protéger l’Eglise d’éventuelles poursuites judiciaires, alors que plusieurs religieuses ont récemment été condamnées pour avoir accordé l’asile religieux à des demandeurs d’asile déboutés.

Le jeune Syrien restera vraisemblablement dans ce monastère pendant les six prochains mois, a estime Thomas Oberhäuser devant la presse. 

Lors de son arrivée en Europe, Mheddin Saho avait déposé sa première demande d’asile en Espagne, raison pour laquelle les autorités allemandes ont ordonné son expulsion vers ce pays. Cette décision s’appuie sur le règlement de Dublin, qui stipule que le pays par lequel une personne est entrée dans l’Union européenne est responsable du traitement de sa demande d’asile.

Clause de souveraineté

Mheddin Saho a décidé de ne plus faire appel, mais il espère pouvoir profiter de la "clause de souveraineté" prévue par le règlement de Dublin. Cette clause permet à un Etat de renoncer au renvoi d’un demandeur d’asile vers le pays considéré comme responsable, notamment pour des raisons humanitaires, familiales ou encore de vulnérabilité de la personne.


L’asile religieux est interdit mais dans de nombreux cas la pratique est tolérée par l’Etat | Photo : Imago/C.Mang
L’asile religieux est interdit mais dans de nombreux cas la pratique est tolérée par l’Etat | Photo : Imago/C.Mang


Au-delà de la clause de souveraineté, la région de Bavière pourrait également délivrer unilatéralement un permis de séjour à Mheddin Saho ou décider d’une interdiction d’expulsion pour permettre au Syrien de terminer ses études universitaires. Plusieurs pétitions en ce sens circulent actuellement dans la région. 

Le cas de Mheddin Saho avait fait du bruit en 2019 lorsque le Syrien s’était vu accorder l’asile religieux pour la première fois après le rejet de sa demande d’asile.

A Rottenburg, en Basse-Bavière, où Mheddin Saho vivait, de nombreux habitants s’étaient opposés à son expulsion, estimant qu’il était "parfaitement intégré". Des paroisses protestantes ainsi que l'évêque de la région avaient également fait entendre leurs voix en sa faveur.

Le Syrien, aveugle de naissance, est arrivé en Allemagne il y a deux ans et demi. A Munich, il suivait des études de langue à l’université Ludwigs-Maximilians. Mheddin Saho vivait depuis deux ans dans une famille d’accueil. Le couple d’Allemands qui l’accueillait a assuré qu’il considérait Mheddin Saho comme "leur cinquième enfant".

Pour s’opposer à son ordre d’expulsion, Mheddin Saho a expliqué craindre l’isolement et l’absence d’aide en Espagne, alors qu’il ne parle pas l’espagnol. 


Mheddin Saho (au centre) en compagnie de sa famille d’accueil | Source : Capture d’écran d’un reportage du Bayerischer Rundfunk
Mheddin Saho (au centre) en compagnie de sa famille d’accueil | Source : Capture d’écran d’un reportage du Bayerischer Rundfunk


L’asile religieux, c’est quoi ?

En Allemagne, dans certains cas, des demandeurs d'asile déboutés et menacés d'expulsion sont accueillis par une paroisse, qui leur offre un logement et une protection temporaire. Celle-ci dure en général plusieurs mois et doit permettre de suspendre le renvoi en espérant que le dossier de la personne soit réexaminé par les autorités. Les chances d’aboutir à une annulation de l’expulsion varient toutefois. 

Pendant la durée de l’asile religieux, le demandeur d'asile est entièrement dépendant de la paroisse et ne perçoit souvent plus aucune aide de l’Etat. Par ailleurs, il lui est impossible de quitter l’enceinte de l’église. La personne est également censée participer à la vie et aux tâches de la paroisse.

Cette pratique est très controversée d'un point de vue juridique. En Allemagne, l’asile religieux est considéré comme une violation de l'État de droit, même si le gouvernement le tolère dans certains cas, les plus difficiles.

Enfin, l'asile religieux reste assez rare en Allemagne, avec seulement quelques centaines de cas en 2020, la plupart étant des protections accordées par l’Eglise à des personnes déboutées dans le cadre du règlement de Dublin.

 

Et aussi