Les migrants rescapés du naufrage du jeudi 12 août 2021, au port de Dunkerque. Crédit : Utopia 56
Les migrants rescapés du naufrage du jeudi 12 août 2021, au port de Dunkerque. Crédit : Utopia 56

Plusieurs opérations de recherche et de sauvetage ont permis, jeudi 12 août, de secourir 164 personnes exilées dans la Manche. Pas moins de six moyens maritimes différents ont été déployés dans la même journée, sous la coordination du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de Gris-Nez.

En une seule journée, jeudi 12 août, plusieurs alertes ont été données pour des embarcations en difficulté dans la Manche, et 164 migrants secourus. À chaque fois, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Gris-Nez, à qui ces alertes sont transmises, a coordonné les opérations de sauvetage.

C'est d'abord la vedette côtière de surveillance maritime Scarpe qui a "récupéré trois naufragés à son bord puis se dirigé vers une autre embarcation en difficulté dans le chenal de Calais", où elle a pris à son bord six autres naufragés, a retracé la préfecture de la Manche et de mer du Nord dans un communiqué. Par la suite, elle a effectué un nouveau sauvetage de cinq personnes. Le patrouilleur de service public Flamant de la Marine nationale, lui, s'est chargé du sauvetage de 33 exilés, toujours après une alerte transmise au CROSS de Gris-Nez.

Ce matin-là, un Érythréen est décédé en tentant de rallier le Royaume-Uni. Son embarcation, repérée alors qu'elle était en train de couler, fait l'objet d'un sauvetage coordonné entre un hélicoptère, le Flamant, et des navires de pêche. 36 personnes ont pu être secourues. La victime, elle, avait d’abord été récupérée dans le canot de sauvetage d'un cargo. Évacué vers l'hôpital de Calais, le jeune homme y décèdera sur place, selon le parquet. Il s'agit du premier mort connu, en 2021, dans le détroit du Pas-de-Calais.

Certains "manquements" dans la prise en charge

Les opérations de sauvetage se sont malgré tout poursuivies toute la journée. Plusieurs ferrys ont signalé à leur tour une embarcation dans le chenal de Dunkerque. La vedette Notre Dame des Flandres de la société nationale de sauvetage en mer a pu récupérer les cinq personnes à son bord. Plus tard, un autre ferry a alerté les autorités sur une nouvelle embarcation en difficulté. C'est alors "le patrouilleur des garde-côtes des douanes Kermorvan qui a récupéré cinq naufragés", cite la préfecture.

>> À (re)lire : Les migrants de Calais déterminés à traverser la Manche malgré la "militarisation de la frontière"

Un hélicoptère de la douane a également participé à une intervention, en appui du remorqueur Abeille Languedoc de la Marine nationale, pour porter assistance à 37 exilés. Enfin, un voilier-école belge, le Zenobe Gramme, après avoir signalé une embarcation en difficulté au large de Dunkerque, est intervenue pour récupérer les 26 personnes à son bord.

À chaque sauvetage, les personnes ont été amenées au port le plus proche - Calais, Dunkerque, Boulogne-sur-mer - pour être prises en charge par le service départemental d'incendie et de secours, et la police aux frontières. Cependant, l'association Utopia 56 a nuancé : pour l'embarcation dans laquelle se trouvait l'Érythréen décédé, "il n'y a pas eu de prise en charge. Il y avait des mineurs parmi les personnes secourues... Personne ne les a orientés. Il y a eu des manquements", souligne Nikolaï Posner, coordinateur de l'association, auprès d'InfoMigrants.

La veille, déjà 108 migrants secourus

Cent huit migrants avaient déjà été secourus la veille, mercredi 11 août, dans le détroit du Pas-de-Calais, alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord de quatre embarcations distinctes.

>> À (re)lire : Plus de cent migrants secourus en une journée dans la Manche

Plus de 10 000 migrants ont atteint le Royaume-Uni via la mer depuis le début de l'année, selon l'agence de presse britannique PA. Depuis la fin 2018, les traversées de la Manche se multiplient malgré les mises en garde répétées des autorités qui soulignent le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la basse température de l'eau.


La préfecture rappelle : "si vous êtes victime ou témoin d'un événement de mer, composez par téléphone le 196 ou par VHF sur le canal 16".

 

Et aussi