Travailleurs dans un champ d'asperges | Photo: Picture-alliance/dpa/A.Dedert
Travailleurs dans un champ d'asperges | Photo: Picture-alliance/dpa/A.Dedert

Suspectés d'être à l'origine d'une attaque raciste visant des travailleurs pakistanais, sur l'île de Crète, sept hommes de nationalité grecque ont été arrêtés par la police. Deux des treize victimes se trouveraient toujours à l'hôpital.

Samedi 14 août, la police grecque a annoncé avoir procédé à l'arrestation de sept hommes, résidant dans la région de Lassithi, sur l'île de Crète, relate l'AFP. De nationalité grecque, ils sont soupçonnés d'avoir agressé 13 travailleurs migrants d'origine pakistanaise, mercredi 11 août.

Ce jour-là, ces hommes se seraient introduits dans les logements où vivent les travailleurs migrants, à Àgios Góergios. Ils les auraient alors "roués de coups", tout en détruisant le mobilier et en volant l'argent aux victimes, raconte l'AFP.

>> À (re)lire aussi : "En Grèce, on reçoit les réfugiés mais on les intègre pas"

Cette attaque a eu lieu après une soirée alcoolisée, comme en témoigne une vidéo transmise à la police et ayant permis leur identification.

Les sept hommes sont poursuivis pour agression, dommages aux biens, vol et détention illégale d'armes, indique la police grecque dans un communiqué.

Deux victimes encore à l'hôpital

Pris en charge par les secours, les travailleurs ont pu, pour la plupart, rentrer dans leur logement. Mais selon le média local Cretalive, qui évoque une "attaque raciste choquante", deux victimes se trouvent encore à l'hôpital en raison de blessures plus graves.

>> À (re)lire aussi : Chypre : comment la mobilisation d'une citoyenne a permis de sensibiliser au sort des travailleuses étrangères

Porte-parole de la communauté pakistanaise et président de l'Union des travailleurs migrants en Grèce, le pakistanais Javied Aslam, portraituré dans Le Monde, avait dénombré des milliers d’agressions racistes contre des migrants dans le pays depuis 2009, grâce à un important travail de recensement.

Au mois de décembre 2020, un groupe de personnes armées de bâtons et de couteaux avait pénétré dans un centre pour mineurs isolés d’Oreokastro, près de Thessalonique, blessant quatre résidents. 

 

Et aussi