Des agents de l'Ofii accueillent des Afghans à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Crédit : Ofii
Des agents de l'Ofii accueillent des Afghans à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Crédit : Ofii

À l'heure où les opérations d’évacuation touchent à leur fin, environ 2 300 Afghans ont été exfiltrés vers la France depuis le 16 août, selon l’Ofii. Après une période de quarantaine, les ressortissants arrivés la semaine dernière, vont commencer les démarches de demande d'asile.

En dix jours, la France a accueilli quelque 2 300 Afghans, a affirmé, jeudi 26 août, Didier Leschi, le directeur général de l’Office français de l’immigration et intégration (Ofii), joint par InfoMigrants. Depuis le 16 août, au lendemain de la prise de Kaboul par les Taliban, 13 avions sont arrivés à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. "Nous attendons le 14e ce soir [jeudi 26 août]", a précisé Didier Leschi.

Tous les nouveaux arrivants sont placés en quarantaine pendant une durée de 10 jours. La plupart sont dirigés vers des hôtels d'Ile-de-France mais d'autres sont aussi envoyés en province. À la fin de leur isolement, les évacués afghans peuvent entamer des démarches administratives.

"Un premier groupe de ressortissants afghans vont finir aujourd'hui leur période d'isolement. Ils devraient commencer les démarches d’asile ces jours-ci", a confirmé Didier Leschi à InfoMigrants.

Ces personnes devront suivre la procédure de demande d'asile habituelle, quoiqu'accélérée : passer devant le Guichet unique, c'est-à-dire s'enregistrer à la préfecture puis se présenter à l'Ofpra pour y exposer leur demande d'asile. Durant le temps d'examen de leur demande, ils auront droit à l'allocation pour demandeurs d'asile (ADA).

"Nombreuses places en CADA réservées aux familles"

Tous les demandeurs d'asile afghans seront accueillis dans des CADA, répartis sur tout le territoire français, a également fait savoir Didier Leschi,

Environ 270 personnes seront notamment accueillies en Auvergne-Rhône-Alpes - dont 150 à Lyon et Villeurbanne, avait annoncé, mardi, la préfecture de région, en soulignant la "mobilisation des associations" Forum Réfugiés, CeCler et Entraide Pierre Valdo.

Strasbourg, dans l'est de la France, devait de son côté accueillir 150 Afghans, ce jeudi.

Selon Didier Leschi, les places d'hébergement ne manquent pas. "Nous avons les ressources nécessaires pour accueillir tout le monde dans nos structures d’accueil qui disposent de nombreuses places réservées aux familles", a-t-il souligné, soulignant que 90 % des personnes arrivées étaient des familles afghanes avec enfants.

En raison de l’attentat qui a frappé la capitale afghane, jeudi, les évacuations vers la France - déjà difficiles à mettre en œuvre - sont devenues encore plus compliquées à organiser. Mais la France essaie encore d'exfiltrer "plusieurs centaines" de personnes d'Afghanistan, a déclaré le président Emmanuel Macron, ajoutant que Paris faisait "le maximum" pour y arriver.

"Au moment où nous nous parlons, nous avons 20 bus avec des ressortissants binationaux et (des) Afghans que nous souhaitons pouvoir rapatrier (...) Cela représente plusieurs centaines de personnes en danger encore", a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Dublin, le 26 août 2021.

 

Et aussi