Des manifestants dénoncent les expulsions vers l’Afghanistan devant le ministère autrichien des Affaires étrangères. Crédit : DW/K. Trail
Des manifestants dénoncent les expulsions vers l’Afghanistan devant le ministère autrichien des Affaires étrangères. Crédit : DW/K. Trail

Un jeune homme afghan a été expulsé, mardi, vers l’Autriche, au titre du règlement Dublin, malgré le risque que Vienne le renvoie ensuite en Afghanistan. Contrairement à d’autres pays européens, l'Autriche n’a pas suspendu les renvois d’Afghans vers Kaboul. La Cimade dénonce une attitude "particulièrement cynique".

Mardi 24 août, un jeune Afghan de 21 ans a été expulsé vers l’Autriche par la préfecture de Nouvelle-Aquitaine et Gironde, au titre du règlement Dublin. Le jeune homme risque un renvoi vers l’Afghanistan, Vienne n’ayant pas suspendu les expulsions d’Afghans déboutés de l’asile malgré la prise de pouvoir des Taliban à Kaboul le 15 août dernier.

>> À (re)lire : Afghans en France : entre "cynisme" des préfectures et protection incertaine

Après plusieurs jours passés dans un centre fait de containers, attenant à l’aéroport de Vienne, le jeune homme a indiqué à La Cimade avoir été emmené dans une autre structure.

Marion Beaufils, responsable régionale de la rétention en Ile-de-France pour la Cimade, dénonce l’attitude "particulièrement cynique" des préfectures qui expulsent des Afghans vers des pays n’ayant pas suspendu les renvois vers Kaboul.

"On ne fait rien de mal"

"Le risque d’expulsion vers l’Afghanistan est réel, souligne-t-elle. Mais les préfectures, comme les juges, disent : ‘on ne fait rien de mal, on respecte la loi, on renvoie les personnes vers un pays de l’UE, donc c’est sûr’".

Officiellement, la France a suspendu les renvois d’Afghans déboutés de l’asile vers Kaboul. Mais elle n'a pas arrêté les renvois vers des pays tiers européens qui, comme l'Autriche, n'ont pas annoncé la suspension des renvois vers l'Afghanistan.

>> À (re)lire : L'Union européenne appelle à accueillir davantage d'Afghans

Plusieurs autres expulsions d’Afghans ont été programmées depuis le 15 août mais n’ont pas eu lieu. "Une expulsion était notamment prévue mercredi par la préfecture de l’Essonne mais le vol a été annulé", indique Marion Beaufils. Selon elle, l’Afghan concerné est toujours enfermé au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot.

"Un cas individuel"

L’Autriche n’a toujours pas infléchi sa position sur les renvois d’Afghans depuis la prise de Kaboul par les Taliban et les attentats-suicide survenus jeudi aux abords de l’aéroport.

>> À (re)lire : Expulsé d'Autriche, un jeune Afghan a retrouvé chez lui l'enfer de la guerre et de la violence

Le 3 août, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) avait conduit Vienne à reporter l’expulsion d’un demandeur d’asile afghan. La Cour avait bloqué l'expulsion, au moins jusqu’à la fin du mois d’août, estimant qu’il pourrait être contraire au droit européen qui interdit les renvois vers des zones de conflit.

Le gouvernement autrichien avait estimé que cette décision de la CEDH concernait "un cas individuel spécifique" et non pas la politique "générale" de l’Autriche en matière d’expulsions.

 

Et aussi

Webpack App