Sur le port de Calais, les barrières et caméras y sont déployées toute l'année pour empêcher aux exilés de monter dans les camions en partance pour l'Angleterre. Crédit : Louis Witter pour InfoMigrants
Sur le port de Calais, les barrières et caméras y sont déployées toute l'année pour empêcher aux exilés de monter dans les camions en partance pour l'Angleterre. Crédit : Louis Witter pour InfoMigrants

De nouvelles barrières sont actuellement installées sur l'A16, près de Calais pour empêcher les migrants de s'introduire sur l'autoroute et de se cacher à l'arrière des camions en partance pour l'Angleterre.

Depuis le début de la semaine, des travaux sont en cours sur l'A16, l'autoroute aux abords de Coquelles, près de Calais. Des nouvelles grilles sont installées sur cette portion d'autoroute menant à l'Angleterre via le tunnel sous la Manche, indique la Voix du Nord

En fin d'année dernière, à quelques semaines de l'entrée en vigueur du Brexit, des dizaines de migrants profitaient des bouchons sur l'A16 pour tenter de pénétrer dans les remorques des camions, en route vers le Royaume-Uni. Les tensions avec les forces de l'ordre étaient récurrentes dans le secteur, et un jeune Soudanais avait perdu la vie après avoir été percuté par une voiture près de l'entrée d'Eurotunnel.

>> À (re)lire : Calais : sur l'autoroute près de l'Eurotunnel, "on assiste à un déchaînement de violences"

"À la suite des nombreuses tentatives d’intrusion de migrants, de hautes grilles blanches, similaires à celles déjà implantées dans la zone, seront érigées", avait assuré en janvier le service communication de Getlink (ex-Eurotunnel) au média local.


Des migrants montent à bord d'un camion sur l'autoroute A16 qui mène au tunnel sous la Manche, près de Calais, le 17 décembre 2020. Crédit : Reuters
Des migrants montent à bord d'un camion sur l'autoroute A16 qui mène au tunnel sous la Manche, près de Calais, le 17 décembre 2020. Crédit : Reuters


Depuis 2015, 65 km de panneaux rigides installés dans le secteur

Avec cette nouvelle installation, le but est donc d'empêcher les migrants d'accéder à l'autoroute et de s'introduire dans les camions, mais aussi de créer un couloir afin de faciliter l'action des forces de l'ordre. "Nous souhaitons empêcher tout accident, tout drame, en empêchant les migrants de monter dans les camions. On veut les protéger mais aussi les chauffeurs poids-lourds", explique à la Voix du Nord la société Getlink, qui finance ces installations.

>> À (re)lire : Tabassage, humiliations, brûlures : à Calais, une inquiétante hausse des violences policières sur les migrants

La mairie de Coquelles s'est de son côté félicitée de ces nouvelles barrières. "Il était important d’amener un obstacle physique, pour interdire le passage de migrants de l’autre côté de l’autoroute", a réagi le directeur général des services de Coquelles, Olivier Defaschelles.

Ces grilles viennent s'ajouter à d'autres déjà implantées le long de la bretelle d'accès de l'autoroute, un endroit également emprunté par les exilés en fin d'année dernière. Comme le rappelle la Voix du Nord, depuis 2015 près de 65 kilomètres de panneaux rigides ont été installés aux abords du tunnel sous la Manche, du port, de la zone industrielle des Dunes, à Fréthun et Peuplingues (villes situées dans le sud de Calais). La plupart de ces travaux ont été financés par le gouvernement britannique.

 

Et aussi

Webpack App