Au total, 155 migrants algériens ont été interceptés par les autorités espagnoles entre le 3 et le 5 septembre 2021 (image d'archive). Crédit : Reuters
Au total, 155 migrants algériens ont été interceptés par les autorités espagnoles entre le 3 et le 5 septembre 2021 (image d'archive). Crédit : Reuters

Plusieurs opérations ayant eu cours durant le week-end ont conduit les autorités espagnoles à intercepter 155 migrants au large de la ville de Carthagène. Tous ont pris la mer depuis l'Algérie, distante de 200 kilomètres.

En deux jours, de vendredi 3 à dimanche 5 septembre, 155 migrants ont atteint les côtes de la région de Murcie, au sud de l’Espagne. Répartis sur 13 embarcations pneumatiques, tous sont de nationalité algérienne. Des femmes et des mineurs ont également été interceptés par la Garde civile et les secours, ont rapporté lundi les autorités locales de la ville.

La majorité a d’abord été amenée au port de Carthagène pour se soumettre à des tests PCR.

Parmi les 155 personnes secourues au total ce week-end là, une est décédée. Le corps d'un homme a été localisé vendredi, flottant au large du Cap Negret, près d'Alicante. Il a été retrouvé vers 13h30, puis ramené au port où "les services funéraires ont procédé à un examen externe du corps, qui était dans un état de détérioration avancé", selon la radio espagnole Cope. Il a été ensuite été transféré plus tard à l'Institut médico-légale de Carthagène pour une autopsie.

>> À (re)lire : Les Algériens, toujours plus nombreux à arriver en Espagne

Le même jour, le tribunal de la ville espagnole recevait plus de 150 Algériens arrivés par bateaux le week-end dernier, afin d’entamer les procédures de rapatriement vers l'Algérie, a fait savoir le média locale La Verdad.

Des arrivées en "très forte augmentation"

Ailleurs en Espagne, d’autres arrivées ont également été signalées ce même week-end. Dans les îles Baléares, la Garde civile et les secours maritimes ont secouru les 23 occupants d'un canot pneumatique qui se dirigeait vers la côte sud de Majorque, le matin du samedi 4 septembre. Seize autres personnes ont aussi été interceptées au large d’Alicante.

Dans le sud de l'Espagne, "même s’il y a déjà eu beaucoup d’arrivées l’année dernière, elles sont en très forte augmentation ces derniers mois, tout comme les naufrages", avait signalé en juillet à InfoMigrants Marie-Ange Colsa, directrice du Centre international pour l’identification des migrants disparus (CIPIMD), basé à Malaga. Une situation préoccupante pour les autorités de Murcie, Almeria, Alicante et des îles Baléares, qui déplorent des "problèmes humanitaires et de graves soucis sécuritaires".


Les arrivées de migrants - celles de Ceuta ne sont pas prises en compte depuis le 17 mai - en Espagne depuis le 1er janvier 2021. Crédit : HCR
Les arrivées de migrants - celles de Ceuta ne sont pas prises en compte depuis le 17 mai - en Espagne depuis le 1er janvier 2021. Crédit : HCR


D'après le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), entre le 1er janvier et le 6 septembre 2021, 6 173 migrants sont arrivés en Andalousie. Et selon les autorités espagnoles, 73% des personnes qui ont atteint la péninsule et les îles Baléares au cours du premier semestre sont de nationalité algérienne.

>> À (re)lire : Espagne : un homme condamné à quatre ans de prison pour transport illégal de migrants depuis l’Algérie

Si la météo clémente a certainement convaincu certains exilés, les raisons qui expliquent la recrudescence des départs depuis l’Algérie sont plus profondes. Parmi elles, la grave crise économique dans laquelle s’enlise le pays depuis la chute des cours du pétrole en 2014, qui réduit drastiquement les opportunités professionnelles des jeunes du pays. Une situation exacerbée par la pandémie de Covid-19, qui pousse des milliers d'entre eux à prendre la mer, au péril de leur vie.

 

Et aussi

Webpack App