Près de 15 000 tentatives de traversées ont été comptabilisées entre le 1er janvier et le 31 août (image d'archives). Crédit : Reuters
Près de 15 000 tentatives de traversées ont été comptabilisées entre le 1er janvier et le 31 août (image d'archives). Crédit : Reuters

Près d'une centaine d'exilés désireux de rejoindre l'Angleterre ont été secourus dans la Manche entre samedi et dimanche. Un autre groupe de migrants a quant à lui été repéré par les autorités sur une plage de la baie de Somme, empêchant leur tentative de traversée. Deux présumés passeurs, un Irakien et un Polonais, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Les tentatives de traversées de la Manche ne faiblissent pas. Lors de trois opérations de sauvetage, une centaine de migrants ont été pris en charge samedi 25 et dimanche 26 septembre alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations de fortune.

Une vingtaine de personnes ont d'abord été secourues samedi au large de Dunkerque, dans le Nord de la France. Puis, plus tard dans la nuit de samedi à dimanche, "une quarantaine de naufragés", dont certains "en léger état d'hypothermie" ont été récupérés au large de Sangatte, 50 km plus à l'ouest, a indiqué la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué.

>> À (re)lire : Les migrants de Calais déterminés à traverser la Manche malgré la "militarisation de la frontière"

Un autre canot en difficulté a ensuite été signalé au large de Dyck, près de Dunkerque, et une trentaine de migrants ont été secourus.

Tous ont été ramenés sur les côtes françaises et pris en charge par la police aux frontières et les pompiers.

Deux passeurs présumés interpellés

Par ailleurs, dans la nuit de samedi à dimanche, un autre groupe de 37 exilés a tenté de traverser la Manche mais a été repéré par les autorités sur une plage proche de la Baie de Somme, à une centaine de kilomètres au sud de Sangatte. Deux hommes soupçonnés d'être des passeurs ont été placés en garde à vue, a déclaré à l'AFP la substitut du procureur d'Amiens, Alexia Royannez.

L'un d'entre eux, un Irakien, a reconnu avoir transporté des migrants voulant se rendre en Angleterre. Le second, un Polonais, transportait dans son véhicule "tout le matériel nécessaire pour les traversées maritimes (zodiac, gilets de sauvetage, carburant, moteur, outils)", a précisé la préfecture du Pas-de-Calais.

Plus de 15 000 tentatives de traversées entre janvier et août

Les autorités alertent sur la multiplication ces dernières semaines de tentatives de traversées depuis la côte de la Somme. Les associations constatent également un étalement des zones de départs des canots.

>> À (re)lire : "J’essaie de monter sur les canots au dernier moment, gratuitement" : les migrants prêts à tout pour gagner l’Angleterre

Si les départs avaient initialement surtout lieu "entre Calais, le Cap Gris-Nez et Dunkerque, les zones où on aperçoit les falaises de Douvres quand il fait beau et où cela paraît facile de traverser, au fil des mois et du renforcement des patrouilles à terre, le phénomène petit à petit s'est étendu vers le sud", expliquait début septembre à l'AFP le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux.

Selon lui, quelque 15 400 migrants ont tenté la traversée entre le 1er janvier et le 31 août, dont 3 500 ont été "récupérés en difficulté" dans le détroit et ramenés sur les côtes françaises. En 2020, les traversées et tentatives de traversées avaient concerné quelque 9 500 personnes, contre 2 300 en 2019 et 600 en 2018.

 

Et aussi