Vue d'un camp de migrants sur l'ile grecque de Samos, le 19 septembre 2021. Crédit : AFP
Vue d'un camp de migrants sur l'ile grecque de Samos, le 19 septembre 2021. Crédit : AFP

Depuis le nombre record d’arrivées de demandeurs d’asile en 2015 et 2016, la Grèce est devenue l’un des accès principaux au continent européen. Aujourd’hui pourtant, les autorités le martèlent, la Grèce ne veut plus de ce statut de porte d’entrée de l’Europe. La politique grecque en matière de migrations n’a cessé de se durcir, depuis l’été 2019, et l’arrivée au pouvoir des conservateurs. Une politique incarnée à présent par l’ouverture, mi-septembre 2021, sur l’île de Samos, d’un nouveau camp de réfugiés aux allures de prison et la multiplication, en parallèle, des refoulements de demandeurs d’asile.

GRAND REPORTAGE


"Grèce: la politique de la porte fermée", un Grand reportage de Joël Bronner. 

 

Et aussi