L’Autriche n’accueillera pas davantage de réfugiés afghans, une position ferme de la part du chancelier Sebastian Kurz qui inquiète les demandeurs d’asile afghans. (Image d'illustration) Crédit : AP
L’Autriche n’accueillera pas davantage de réfugiés afghans, une position ferme de la part du chancelier Sebastian Kurz qui inquiète les demandeurs d’asile afghans. (Image d'illustration) Crédit : AP

En Autriche, le chancelier conservateur Sebastian Kurz le martèle ces dernières semaines : son pays n’accueillera pas davantage de réfugiés afghans, malgré le retour des Taliban. Un discours dur qui inquiète les demandeurs d’asile afghans.

Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

Sebastian Kurz le répète: l’Autriche n’accueillera pas, sous son mandat, davantage de réfugiés afghans, car 40 000 ont déjà été accueillis. Un effort qu’il juge "disproportionné". Ce discours ferme inquiète les demandeurs d’asile afghans qui attendent une réponse en Autriche.

>> À (ré)écouter: Ils ont quitté Kaboul et attendent toujours d’être évacués vers l’Europe

"J'ai vraiment peur d’être expulsé vers un pays voisin comme l'Iran ou le Pakistan, explique un jeune homme de 21 ans, arrivé en 2015 et qui préfère rester anonyme. Il est clair qu'ils ne veulent pas d'Afghans et qu’ils nous expulseront vers l'Afghanistan. Je préférerais mettre fin à mes jours que d’y retourner. Moi, je suis athée et si en tant que musulman, tu abandonnes ta religion, alors c’est la peine de mort là-bas."

Une intégration "difficile" des Afghans

Pour justifier sa position, Sebastian Kurz insiste sur l’intégration "difficile" selon lui des Afghans en Autriche. Un argument très critiquable selon Erich Fenninger, de l’ONG Volkshilfe.

"En même temps que l'on demande à ces personnes de s'intégrer, on leur dit : 'Nous ne voulons pas de toi'. C’est donc difficile pour elles d’arriver à réellement s'intégrer. D'autant que de nombreuses barrières ont été dressée. Leur accès au marché du travail est, par exemple, très compliqué aujourd’hui.'

Les Verts plaident eux pour un accueil humanitaire des réfugiés afghans, mais ils sont minoritaires au sein du gouvernement.

 

Et aussi