AFP - PATRICK PLEUL | Des réfugiés pakistanais sur la pelouse du centre d'enregistrement des réfugiés à Eisenhüttenstadt, le 9 septembre 2015.
AFP - PATRICK PLEUL | Des réfugiés pakistanais sur la pelouse du centre d'enregistrement des réfugiés à Eisenhüttenstadt, le 9 septembre 2015.

Depuis le mois d'août, le nombre de réfugiés accueillis en Allemagne est reparti à la hausse. Des milliers d'Irakiens, d'Iraniens et d'Afghans sont arrivés par la Pologne et la Biélorussie qui agite la menace migratoire pour protester contre les sanctions décrétées par l'Union européenne contre le régime répressif de Minsk. La petite ville d'Eisenhüttenstadt, à la frontière avec la Pologne, où se trouve un centre d'hébergement d'urgence, est en première ligne.

18 ALLEMAGNE _Enrobé Réfugiés Eisenhüttenstadt 7h


Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

Fleuron de l'acier du temps de la RDA, la petite ville d'Eisenhüttenstadt a, depuis, perdu de sa superbe. La moitié de la population a quitté la ville depuis la chute du Mur et la disparition de l'industrie. Les commerces ont fermé. Quelques rares retraités parcourent les rues.

Beaucoup sont inquiets face à l'arrivée des réfugiés, comme Maria : « On les voit marcher dans les rues. En été, c'était beaucoup de gens de couleur. Maintenant, ils viennent de partout. Il y a eu une époque, ici, quand on marchait dans la rue, on avait l'impression d'être en Syrie, avec toutes ces femmes qui marchaient avec un foulard. Ça s'était calmé, beaucoup avaient été répartis vers le reste de l'Allemagne. Et puis maintenant.... On était pendant la semaine avec mon mari en Pologne, et on les a vus sortir des buissons, juste à la frontière. Mais ils n'avaient pas vu que juste devant eux se trouvait la police, et ils se sont fait attraper. »

 À lire aussi : La Pologne veut un mur à la frontière biélorusse pour empêcher les migrants de rentrer dans l'UE

Matthias, lui aussi à la retraite, craint un retour au chaos de 2015, quand l'Allemagne a accueilli un million de réfugiés en quelques mois. « La situation était devenue très calme, raconte-t-il. Ils étaient beaucoup moins nombreux. Et puis maintenant, on est déjà à plus de 2 000 arrivées sur octobre. On est bien obligés de vivre avec, on ne peut pas faire autrement ! »

 À lire aussi : En Allemagne, les réfugiés de 2015 vont regretter «Mama Merkel»

Lors des législatives de septembre dernier, un habitant sur cinq a voté pour le parti d'extrême droite AfD.

 À lire aussi : Les Allemands, une population aux origines de plus en plus variées

 

Et aussi