L'hiver et les températures extrêmes vont rendre la situation humanitaire encore plus tendue | Photo : Reuters/M. Ismail
L'hiver et les températures extrêmes vont rendre la situation humanitaire encore plus tendue | Photo : Reuters/M. Ismail

Plusieurs centaines d'Afghans munis de visas attendent toujours de pouvoir quitter leur pays pour rejoindre l’Allemagne. Dans le même temps, le Haut Commissariat aux réfugiés intensifie ses efforts pour préparer le pays à passer l'hiver.

A ce jour et depuis la prise de pouvoir par les talibans, les ambassades allemandes situées dans les pays voisins de l'Afghanistan ont délivré quelque 1.600 visas à des ressortissants afghans afin qu’ils puissent se rendre en Allemagne. 

Parmi eux, près de 1.200 personnes ont effectivement réussi à quitter l’Afghanistan, selon un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères.

La majorité d’entre eux - 1.100 Afghans - ont transité par le Pakistan pour prendre des vols à destination de l’Allemagne.


Des Afghans venant d’atterrir à l’aéroport de Francfort après avoir pris un vol d’évacuation à Kaboul. | Photo : Kai Pfafenbach/Reuters
Des Afghans venant d’atterrir à l’aéroport de Francfort après avoir pris un vol d’évacuation à Kaboul. | Photo : Kai Pfafenbach/Reuters


De nombreux Afghans bloqués

Les visas sont délivrés une fois la demande approuvée par le ministère allemand de l’Intérieur. Selon Berlin, la procédure actuelle permet de traiter les dossiers plus rapidement. 

A (re)lire également : Des Afghans LGBT+, menacés par le régime Taliban, accueillis au Royaume-Uni

Dans la pratique, quitter l’Afghanistan reste toutefois compliqué à plusieurs niveaux. Au-delà du visa, il faut détenir un passeport pour être autorisé à passer la frontière. Or, le traitement des demandes de passeports reste un processus laborieux en Afghanistan et il pourrait empirer sous le régime taliban. 

Vu la dégradation de la situation humanitaire, des pourparlers seraient en cours avec les Taliban et les États voisins afin d’assouplir ces règles de voyage.


La communauté internationale reste hésitante à établir des relations diplomatiques avec les talibans. | Photo : picture-alliance/AP Photo
La communauté internationale reste hésitante à établir des relations diplomatiques avec les talibans. | Photo : picture-alliance/AP Photo


Les déplacements hors de Kaboul restent difficiles

L’aéroport de Kaboul est quasiment à l’arrêt, mais des vols exceptionnels sont affrétés au cas par cas. La semaine dernière, trois vols charter ont eu lieu pour évacuer plus de 70 ressortissants allemands et les membres afghans de leur famille vers l'Allemagne en passant par Doha.

Niels Annen, le ministre adjoint des Affaires étrangères, en charge de l’accueil des Afghans en Allemagne, a exprimé sa gratitude aux autorités qataries pour l'aide apportée. Environ 250 ressortissants allemands et une soixantaine d'Afghans ont jusqu'à présent rejoint l'Allemagne via Doha. 

A (re)lire également : Quel accueil pour les réfugiés afghans en France ?

Arrivée de l’hiver

Pendant ce temps, sur le plan humanitaire, le Haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR) a dépêché le premier de trois avions transportant des équipements d’hiver vers l'Afghanistan. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a également exprimé ses inquiétudes pour les mois à venir, alors que le mercure peut tomber jusqu’à -25°C pendant l’hiver.



Alors que certains Afghans déracinés par le conflit ont réussi à retourner dans leurs villages ces derniers mois, de nombreuses personnes sont encore déplacées à travers le pays. 

Selon une évaluation du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la quasi totalité (97%) de la population afghane "risque de sombrer sous le seuil de pauvreté si aucune réponse n'est apportée d'urgence aux crises politiques et économiques du pays". D’après une responsable du PNUD, "la moitié de la population a déjà besoin d'une aide humanitaire. Cette analyse suggère que nous sommes sur la voie d'une détérioration rapide et catastrophique de la vie des personnes les plus vulnérables en Afghanistan."

L'aide fournie aux Afghans par le HCR cette semaine ne permettra toutefois de soutenir qu'un Afghan sur sept touché par le déplacement à l'intérieur du pays.



Les violences et les conflits de ces dernières années - et en particulier la prise de pouvoir des Taliban - ont déplacé environ 3,5 millions de personnes dans le pays. Environ un cinquième d'entre elles ont fui leur foyer depuis le début de l’année, beaucoup espérant pouvoir être évacués d’Afghanistan avant le renversement du régime par les Taliban.

 

Et aussi