Le corps d'un migrant mort en mer débarqué aux îles Canaries, le 18 novembre 2021. Crédit : Reuters
Le corps d'un migrant mort en mer débarqué aux îles Canaries, le 18 novembre 2021. Crédit : Reuters

Les secours espagnols ont débarqué les corps de deux migrants, retrouvés morts dans leur embarcation, au large des Canaries. Les drames s'enchaînent : depuis le début de l'année, déjà 900 exilés sont décédés en tentant de rejoindre l'archipel espagnol depuis les côtes ouest-africaines.

Deux migrants sont morts jeudi 18 novembre en essayant de rejoindre les îles espagnoles des Canaries. Les passagers avaient embarqué dans un canot transportant 34 personnes.

La barque à la dérive a été remorquée au port d'Arguineguín, sur l'île de Grande Canarie dans l'archipel espagnol, près de la côte nord-ouest de l'Afrique.

Des correspondants de l'AFP ont vu les sauveteurs soulever deux corps de la barque.

Le service d'urgence canarien 112 a indiqué que les deux migrants avaient été soignés en mer "car ils étaient dans un état plus grave que le reste du groupe", secouru lorsqu'il était à la dérive. L'un souffrait "d'hypothermie et de déshydratation" et l'autre "d'un traumatisme à la main", a expliqué sur Twitter le service d'urgence.

En début de semaine, lundi 15 novembre, deux autres personnes avaient déjà été retrouvées mortes dans un canot en route vers les Canaries. Samedi 13 novembre, ce sont sept migrants qui sont décédés à bord d'une embarcation en perdition au large l'île de Grande Canarie et un huitième est mort à terre. 

Au total, quelque 900 personnes ont perdu la vie en essayant de rejoindre les côtes de l'archipel atlantique depuis le début de l'année, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). La route vers les Canaries est particulièrement dangereuse. en raisons des forts courants. Les bateaux sont la plupart du temps surchargés et en mauvais état.

Entre janvier et octobre 2021, plus de 16 000 migrants sont arrivés par la mer aux îles Canaries, soit 44,3% de plus qu'à la même période en 2020, selon des données du ministre de l'Intérieur.  

L'Espagne reste donc toujours l'une des principales portes d'entrée de l'immigration illégale en Europe.  

 

Et aussi