La Pologne a empêché mercredi 24 novembre la traversée de 200 migrants depuis la Biélorussie. Crédit : Picture alliance
La Pologne a empêché mercredi 24 novembre la traversée de 200 migrants depuis la Biélorussie. Crédit : Picture alliance

Un groupe de plusieurs centaines de migrants a tenté de franchir les barbelés qui séparent la Biélorussie de la Pologne, mercredi. La tentative a été freinée par les garde-frontières polonais. Cinq exilés, épuisés, ont été transportés à l'hôpital.

Un groupe d’environ 200 migrants a tenté de traverser la clôture à la frontière polono-biélorusse, mercredi 24 novembre, dans la soirée, ont déclaré les gardes-frontières polonais.

L’incident a eu lieu près du village de Czeremcha. "Ils essayaient de franchir la frontière en s’attaquant aux barbelés", a déclaré à Reuters la porte-parole des gardes-frontières, Anna Michalska. "Ils jetaient des branches et des pierres mais la tentative a été arrêtée par nos officiers".

Anna Michalska a ajouté que les migrants avaient réussi à aplatir une section de la clôture avec des rondins de bois. Cinq migrants, épuisés, ont été envoyés à l’hôpital.

>> À (re)lire : "Ils boivent de l'eau souillée" : en Pologne, des migrants terrifiés par les renvois en Biélorussie


Crédit : Google map
Crédit : Google map


Ce n’est pas la première fois que de tels assauts sur les clôtures frontalières se produisent. Dans la nuit du 18 novembre, les forces de sécurité polonaises avaient déjà arrêté une centaine de personnes qui venaient de traverser la frontière près du village de Dubicze Cerkiewne.

Les affrontements entre exilés, qui tentent coûte que coûte d’entrer en Union européenne, et les soldats sont violents. Les forces de sécurité polonaises ont souvent fait usage de gaz lacrymogène et déployé des canons à eau pour repousser des migrants.

>> À (re)lire : Des migrants syriens racontent l’enfer vécu à la frontière biélorusse


Les autorités biélorusses ont mis à disposition un entrepôt logistique pour abriter des migrants bloqués à la frontière. Crédit : Reuters
Les autorités biélorusses ont mis à disposition un entrepôt logistique pour abriter des migrants bloqués à la frontière. Crédit : Reuters


Depuis une semaine cependant, les regroupement d’exilés à la frontière sont moins visibles. Les autorités biélorusses ont évacué jeudi 18 novembre les principaux camps de fortune situés près de la frontière. Les migrants, dont de nombreux enfants, ont été relogés dans un "centre logistique" non loin du village de Kuźnica.

Dans le même temps, la Biélorussie a déclaré organiser des vols retour pour évacuer les migrants du pays. Cent dix-huit personnes ont ainsi quitté, lundi, l’aéroport de Minsk pour rentrer chez eux, en Irak notamment. Ce vol fait suite à un premier rapatriement la semaine dernière. Plus de 400 Irakiens, avait quitté le pays en avion pour rejoindre Erbil et Bagdad. 

Déjà 13 personnes ont perdu la vie à cette frontière. Un bébé est décédé lors de l’accouchement de sa mère, mardi 23 novembre. La semaine dernière, un enfant d'un an, originaire de Syrie, a été retrouvé mort par une ONG polonaise. Ses parents se cachaient dans la forêt depuis plus d’un mois. Dimanche, un migrant yéménite de 37 ans mort de froid et d'épuisement a été enterré dans le cimetière de Bohoniki.

 

Et aussi