Gérald Darmanin a appelé les Britanniques à ouvrir "la possibilité d'une voie légale à l'immigration". Crédit : Reuters
Gérald Darmanin a appelé les Britanniques à ouvrir "la possibilité d'une voie légale à l'immigration". Crédit : Reuters

Suite au dramatique décès de 27 migrants au large des côtes françaises, mercredi, l'agence européenne des frontières Frontex va déployer un avion pour patrouiller "jour et nuit" au dessus de la Manche, et ainsi aider à repérer les canots de fortune qui tentent la traversée.

L'agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, va déployer, à partir du 1er décembre, un avion pour aider à lutter contre le trafic migratoire en Manche, a annoncé, dimanche 28 novembre, le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin. L’annonce fait suite au dramatique naufrage, mercredi, qui a entraîné la mort de 27 migrants. 

"Nous sommes prêts à apporter notre soutien dans la Manche pour aider à lutter contre les passeurs et éviter les pertes de vie", a tweeté Frontex à ce sujet.

L'appareil "européen va, jour et nuit, pouvoir aider les polices française, néerlandaise et belge" à repérer les embarcations de fortune qui s’engagent dans la Manche, a précisé Gérald Darmanin, à l'issue d'une réunion à Calais. Il a réaffirmé la volonté de Paris de "travailler" avec "ses amis britanniques", pour mieux tarir cette voie migratoire.

>> À (re)lire : Naufrage à Calais : le gouvernement accuse les passeurs, les associations pointent du doigt la responsabilité de l’État

"Lutter contre l'attractivité anglaise"

La réunion qui a rassemblé des officiels en charge de l'immigration allemands, néerlandais et belges, ainsi qu'Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, et le directeur exécutif de Frontex, Fabrice Leggeri, "n'était pas anti-anglaise, elle était pro-européenne", a encore souligné Gérald Darmanin.

>> À (re)lire : "Bien sûr que j’ai peur" : à Grande Synthe et Calais, les migrants déterminés à partir malgré le naufrage meurtrier

Le ministre de l'Intérieur avait annulé l'invitation adressée à son homologue britannique, Priti Patel, en riposte à une lettre publiée jeudi soir sur Twitter par Boris Johnson, demandant à Paris de reprendre les migrants arrivant de France en Grande-Bretagne.

Mais il faut aussi "lutter contre l'attractivité anglaise" auprès des migrants, notamment liée à l'existence d'"un marché du travail qui fait que, sans pièce d'identité, vous pouvez travailler", a-t-il ajouté.

"Il faut que la Grande-Bretagne ouvre la possibilité d'un accès légal"

Lundi, Gérald Darmanin a également appelé le Royaume-Uni à ouvrir une route migratoire sûre et légale. "Il faut que la Grande-Bretagne ouvre la possibilité d'un accès légal à l'immigration", a-t-il indiqué sur BFM/RMC car "aujourd'hui les personnes qui veulent demander l'asile en Angleterre, n'ont pas d'autres moyens que de traverser la Manche".

"Que faire avec les Anglais ? Et bien qu'ils changent leur législation, qu'ils prennent leurs responsabilités", a-t-il lancé, rappelant que 30 000 demandes d'asile sont enregistrées en Grande-Bretagne contre environ 150 000 en France chaque année.

Quelques jours avant le drame, Gérald Darmanin avait annoncé le déploiement de moyens supplémentaires pour empêcher les traversées de migrants depuis le nord de la France vers les côtes anglaises. Des équipements ultra-modernes pour essayer de faire baisser les chiffres des départs dans la Manche.

Pour un total de 11 millions d’euros, et "dans le cadre d'un accord de coopération avec le Royaume-Uni", ce sont plus de 100 véhicules qui seront ainsi livrés au cours de l’année prochaine. Autant de matériels "dotés de moyens de surveillance et de détection perfectionnés", avait écrit le ministère dans un communiqué. 

 

Et aussi