Plus d'une centaine de migrants étaient à bord de ce navire quand ils ont été interceptés par les autorités tunisiennes. Crédit : Dana Alboz / InfoMigrants
Plus d'une centaine de migrants étaient à bord de ce navire quand ils ont été interceptés par les autorités tunisiennes. Crédit : Dana Alboz / InfoMigrants

Les secours tunisiens sont intervenus en mer alors qu'une embarcation était en train de couler à vingt kilomètres des côtes, mercredi. 78 personnes ont été sauvées, tandis qu'une autre est décédée et une dernière toujours portée disparue.

Mercredi 15 décembre, dans la matinée, les autorités tunisiennes ont porté secours à une embarcation au large de la Tunisie. Le bateau de fortune, endommagé, a coulé à une vingtaine de kilomètres de la côte sud-est du pays. Soixante dix-huit personnes ont pu être secourues dans l'opération. Elles sont originaires du Bangladesh, du Pakistan, d'Égypte, de Guinée, du Ghana et du Soudan.

Des mineurs se trouvaient parmi les passagers : les âges des rescapés varient entre 12 et 45 ans, selon le ministère de la Défense. Le groupe était parti la veille, dans la nuit du 14 au 15 décembre, depuis Bokmash, au nord-ouest de la Libye, toujours d'après le ministère.

Les migrants ont été amenés au port d'El Ketef, dans l'attente d'un hébergement, a assuré Mongi Slim, responsable du Croissant rouge tunisien dans la zone de Médenine, à l'AFP.

Un décès et un disparu

Malgré l'opération de secours, le naufrage a entraîné au moins un décès. Dans un communiqué, le ministère de la Défense a ainsi indiqué avoir "récupéré le corps d'un autre immigré de nationalité égyptienne". Une seconde personne est, elle, portée disparue.

Le 26 novembre, la marine tunisienne avait secouru 487 personnes parties de Libye, au large des côtes de Sfax. Quatre jours plus tôt, les garde-côtes tunisiens étaient intervenus en mer et sur la côte pour intercepter 223 migrants tentant de rejoindre l'Italie, au cours de neuf opérations.

>> À (re)lire : Les pêcheurs tunisiens, sauveteurs de migrants malgré eux

Selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), sur les neuf premiers mois de l'année 2021, les garde-côtes tunisiens ont intercepté environ 19 500 migrants tentant la traversée de la Méditerranée. 

Depuis janvier, au moins 1 300 exilés sont morts en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre l’Europe à bord d’embarcations de fortune, d’après l’Organisation internationale des migrations (OIM). Ce bilan pourrait être bien plus lourd, en raison de nombreux "naufrages invisibles".

 

Et aussi