Le pape François salue deux jeunes filles réfugiées au Centre d'accueil et d'identification (RIC) de Mytilène sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 5 décembre 2021. Crédit : Reuters
Le pape François salue deux jeunes filles réfugiées au Centre d'accueil et d'identification (RIC) de Mytilène sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 5 décembre 2021. Crédit : Reuters

Après les promesses, les premiers transferts. Un groupe de 12 demandeurs d'asile, parti de la République de Chypre, est en train d'être accueilli au Vatican. En visite, début décembre, sur l'île chypriote, qui fait face à des arrivées importantes en 2021, le pape François avait promis le transfert de 50 migrants vers l'Italie.

"Douze des 50 demandeurs d'asile, choisis pendant la visite du pape François", viennent de partir de Chypre, jeudi 16 décembre, "pour être accueillis au Vatican", ont déclaré les autorités chypriotes. Six personnes sont déjà arrivées en Italie, selon l'AFP. Elles devraient rencontrer le pape François ce vendredi en audience privée.

Jeudi 2 décembre, le souverain pontife était parti effectuer un voyage de cinq jours à Chypre et en Grèce, pour y soutenir la cause des migrants et le dialogue inter-religieux. Depuis, des négociations (dont on ne connaît pas précisément les termes) étaient en cours entre le Vatican et la République de Chypre, afin d'accueillir 50 exilés en Italie. Y compris des personnes musulmanes.

>> À lire aussi : Le pape François va accueillir 50 migrants de Chypre

"Il n'y avait pas d'avenir pour mes enfants là-bas"

C'est le cas d'Issa Shamma, 37 ans. Ce demandeur d'asile a trouvé refuge au Liban en 2017 pour fuir la guerre en Syrie, avec ses trois fils. Mais il n’y avait "pas d’avenir pour mes enfants là-bas", a-t-il expliqué à l'AFP. Ces derniers n'avaient jusqu'ici "pas du tout été scolarisés". Issa Chamma souhaitait donc venir à Chypre "pour que [ses] enfants reçoivent une éducation".

Parti du nord du Liban sur une embarcation, en août 2021, il parvient à gagner l'île chypriote. Mais ses fils, eux, sont renvoyés au Liban, avec des dizaines d'autres passagers. Désormais transféré en Italie, Issa Chamma espère pouvoir faire y venir ses fils, aujourd'hui âgés de 12, 9 et 2 ans.

>> À (re)lire : "Je vis les pires moments de ma vie", le difficile quotidien d'un Sénégalais à Chypre

Les autorités chypriotes affirment que près de 10 000 exilés sont arrivés au cours des dix premiers mois de 2021. L’Organisation internationale des migrations (OIM), elle, comptabilise 8 870 arrivées. Soit une augmentation d’environ 38 % par rapport à l’ensemble de l’année 2020. Leurs conditions de vie sur l'île sont jugées très préoccupantes par les ONG. C'est le cas notamment à Pournara, le principal centre d'accueil, où s'entassent des centaines de personnes dans l'attente de l'examen de leur dossier d'asile.

Une répétition de 2016

Les transferts actuels vers le Vatican sont menés par la communauté catholique italienne Sant'Egidio. Celle-ci a l'habitude, depuis 2015, d'organiser des couloirs humanitaires, en particulier depuis la Grèce.

Avant d'arriver au terme de son voyage début décembre, le pape s'est également rendu sur l'île de Lesbos. Et ce, cinq ans après y avoir déclaré, en 2016 : "Nous sommes tous des migrants !". "Le fait qu'il revienne au même endroit, cinq ans plus tard, est un message très fort", a souligné Roberto Zuccolini, porte-parole de la communauté Sant'Egidio. En 2016 aussi, la visite sur place du souverain pontife avait donné lieu à l'organisation d'un transfert de personnes exilées vers l'Italie.

 

Et aussi