Cédric est désormais sans-abri à Jytomir, une ville à l'ouest de Kiev, la capitale ukrainienne. Image d'illustration. Crédit : Pixabay
Cédric est désormais sans-abri à Jytomir, une ville à l'ouest de Kiev, la capitale ukrainienne. Image d'illustration. Crédit : Pixabay

Cédric rêvait de rejoindre l'Allemagne pour "fuir la misère" dans laquelle il vivait à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Le jeune homme s'est adressé à une agence de voyages pour obtenir un visa étudiant pour l'Ukraine et, de là, rejoindre l'Allemagne. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Il se retrouve désormais bloqué et sans ressource dans le pays.

"Je viens de République démocratique du Congo (RDC). C'était difficile de vivre là-bas donc j'ai pensé à rejoindre l'Allemagne. J'ai vu sur Internet qu'il y avait une agence de voyages qui faisait partir les gens. J'y suis allé et j'ai dit que j'avais besoin d'aller en Allemagne. On m'a répondu : 'On va t'aider à y aller mais à partir de l'Ukraine'. L'agence m'a dit que, depuis ce pays, il suffisait de prendre un bus pour aller en Allemagne. Je l'ai cru mais on m'a menti. J'ai été piégé et maintenant, je suis bloqué ici.

J'ai pu arriver en Ukraine grâce à une lettre d'invitation de l'université ukraino-américaine Concordia que j'ai obtenue via l'agence et un homme qui fait l'intermédiaire avec l'université.

>> À (re)lire : "Maintenant, je ne sais plus quoi faire" : en Lituanie, des étudiants africains victimes du chantage de la Biélorussie

Quand je suis arrivé à Kiev depuis Istanbul, le 18 octobre dernier, cet homme est venu me chercher à l'aéroport. C'est un Congolais aussi. Nous sommes allés à l'hôtel ensemble et là, il m'a demandé que je lui remette mon argent – 2 000 dollars en tout – et ma lettre d'invitation à l'université. L'agence m'avait dit que je pouvais lui faire confiance et donc je lui ai donné. Je n'ai plus eu de ses nouvelles depuis et son numéro de téléphone ne répond plus.

Me prendre mon argent, c'est me tuer. Pour payer mon voyage et les frais d'inscription à l'université, j'ai vendu le lopin de terre que mon père, qui est mort, m'avait laissé à Kinshasa. Je n'ai plus rien. J'ai quitté la RDC pour fuir la pauvreté. Ma mère est décédée quand j'avais 9 ans et mon père était paralysé. J'ai vécu dans la famille de ma maman et j'ai quitté le pays à cause de la misère. Personne ne peut m'aider là-bas. J'ai juste une soeur et elle comptait sur moi pour la soutenir financièrement.

"Pour manger, je fais le mendiant"

Après le vol de mon argent, j'ai contacté l'agence de voyages pour leur dire ce qu'il s'était passé. Ils ont essayé de mettre la pression sur cet homme, en vain parce qu'il avait déjà changé de numéro de téléphone. Comme j'étais à l'hôtel, je devais payer chaque jour. C'était compliqué.

Au bout de deux jours, j'ai dû quitté l'hôtel et maintenant je suis sans-abri. Je ne suis plus à Kiev mais à Jytomir. Je suis allé là-bas parce que l'agence de voyages m'a dit que l'homme qui a pris mon argent y était. Mais je ne l'ai pas retrouvé. Ici, je dors un parc et souvent je vais à l'église pour me réchauffer la journée. Quand je suis parti de l'hôtel, avec les sous qu'il me restait, j'ai acheté des choses pour me protéger du froid. Pour manger, je fais le mendiant. Mais parfois je reste plusieurs jours sans nourriture.

>> À (re)lire : L’Ukraine se dit prête à tirer sur des migrants qui tenteraient de traverser sa frontière avec la Biélorussie

Je voulais aller en Allemagne parce que j'ai l'impression que c'est un bon pays d'après les témoignages que j'ai entendus. Demander l'asile à l'Allemagne, c'est ma seule solution parce que maintenant je suis en situation irrégulière ici en Ukraine. Mon visa a expiré. Au final, je ne suis jamais allé à l'université. Je ne connais rien ici."

 

Et aussi