Un bateau en bois utilisé par des migrants du Maroc sur le rivage de la côte de l'île canarienne de Gran Canaria, en Espagne, en octobre 2020. Crédit : AP
Un bateau en bois utilisé par des migrants du Maroc sur le rivage de la côte de l'île canarienne de Gran Canaria, en Espagne, en octobre 2020. Crédit : AP

Au cours de l'année 2021, l'association espagnole Caminando Fronteras a comptabilisé 4 404 personnes mortes ou disparues, dont 628 femmes et 205 enfants, sur la route maritime vers l'Espagne. Une augmentation de plus de 100% par rapport à 2020.

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Ce qui ressort de l'exhaustif rapport annuel fait minutieusement par l'association espagnole Caminando Fronteras, c'est non seulement la terrible hausse des morts en mer d'une année sur l'autre, mais aussi le fait que la route la plus dangereuse est de loin celle des Canaries.

Selon cette association, spécialisée dans l'aide aux migrants qui passent par les mers, 4 404 exilés sont morts en tentant de rejoidnre l'Espagne. D'après Caminando Fronteras, plus de 90% des disparus ont péri dans 124 naufrages survenus lors de traversées vers les îles Canaries, selon un décompte arrêté au 20 décembre.

Les raisons avancées par la présidente Helena Maleno sont multiples : les embarcations seraient dans un état déplorable, les capitaines de ces traversées seraient de moins en moins expérimentés, les routes maritimes seraient chaque fois plus périlleuses.

Enfin, à ses yeux, la vigilance maritime espagnole et européenne serait chaque fois plus musclée et brusque, ce qui provoquerait de nombreux naufrages.

►À relire : En Espagne, expulsion vers le Maroc de plus de 700 migrants mineurs

 

Et aussi