Vue sur la mer Égée depuis l'île de Rhodes en Grèce. Crédit : Google street view
Vue sur la mer Égée depuis l'île de Rhodes en Grèce. Crédit : Google street view

Ce dimanche, le corps d'un enfant en état de décomposition avancée a été retrouvé sur une plage de l'île de Naxos, dans les Cyclades. C'est le quatrième cadavre découvert sur l'île en quelques jours. D'après la presse locale, il s'agirait des victimes du naufrage de Folegandros, qui a eu lieu le 22 décembre dernier.

Le décompte macabre continue. Dimanche 9 janvier, le corps décomposé d'un enfant a été retrouvé sur une plage de l'île grecque de Naxos, devant un restaurant. Âgé d'environ trois ans, il portait une tétine accrochée à un cordon avec des perles, un bavoir imprimé, des vêtements marron et bordeaux et une chaussette bleue rayée au pied droit, ont précisé samedi soir les garde-côtes dans un communiqué. Un sac à dos contenant de la nourriture a également été trouvé à proximité. Son corps a été transporté au port du Pirée afin d'être autopsié.

Trois jours plus tôt, trois autres corps - un homme, une femme d'une trentaine d'années et une jeune fille de 13 ans - ont été trouvés sur d'autres plages de l'île, d'après Cyclades24. Un quatrième cadavre a été découvert, lui, un peu plus loin, au large de l'île voisine de Paros.

Les corps n'ont pas encore été identifiés mais selon les premières estimations, il s'agirait des victimes du naufrage de Folegandros survenu le 22 décembre, qui avait fait au moins trois morts. Ce jour-là, un canot pneumatique avait coulé après avoir heurté un îlot rocheux, non loin de la Crète. Treize personnes, principalement des Irakiens, des Syriens et des Égyptiens, avaient été secourues, après avoir attendu les secours toute la nuit, au beau milieu de la mer Égée.


Plusieurs corps de victimes du naufrage de Folegandros ont été retrouvés sur les plages de l'île de Naxos, plus au nord des Cyclades. Crédit : Google maps
Plusieurs corps de victimes du naufrage de Folegandros ont été retrouvés sur les plages de l'île de Naxos, plus au nord des Cyclades. Crédit : Google maps


Fin décembre, plusieurs accidents impliquant des migrants ont eu lieu dans les Cyclades. Le 24, les garde-côtes ont récupéré les corps de 16 migrants - 12 hommes, trois femmes et un bébé - et secouru 63 autres qui se trouvaient à bord d'un bateau, près de l'île de Paros. Parti des côtes occidentales turques, l'embarcation avait pour destination l'Italie.

La veille, 11 corps inanimés avaient été retrouvés après un autre naufrage : un bateau avec une centaine de personnes à bord s'était échoué sur un îlot au nord de l'île d'Anticythère, au sud du Péloponnèse. Quelque 90 rescapés, parmi lesquels 11 femmes et 27 enfants, avaient été secourus par les garde-côtes.

Contourner la Grèce, une route "très dangereuse"

Ces naufrages ont eu lieu bien loin des îles grecques de Lesbos, Samos, ou Kos, où se déroulent la plupart des arrivées depuis 2015. Face à des politiques européenne et grecque de plus en plus dures sur les migrations, passeurs et migrants cherchent des routes alternatives.

"Les efforts pour aller en Italie se sont accrus parce que la frontière grecque est fermée, avait affirmé à InfoMigrants Lefteris Papagiannakis, directeur du Conseil grec pour les réfugiés C'est très long et très dangereux mais les gens s'y essayent de plus en plus". En juillet 2021 déjà, une dizaine de migrants avaient été portés disparus après le naufrage de leur bateau près de la Crète.

>> À (re)lire : En Grèce, au moins 45 migrants morts dans trois naufrages sur une route de plus en plus empruntée

En cause ? "Une politique migratoire grecque de plus en plus restrictive" mise en place par le gouvernement conservateur, et des refoulements réguliers et violents des garde-côtes, écrit le New York Times. Conséquence, "les passeurs semblent changer de tactiques". Au péril de la vie des migrants. Le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) estime que "plus de 2 500 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de traverser la Méditerranée ou la route maritime de l'Afrique du Nord" pour rejoindre l'Europe "entre janvier et novembre 2021".

 

Et aussi