Des soldats américains attrapent un bébé qui leur est tendu à travers la clôture de l'aéroport de Kaboul, le 19 août 2021. Crédit : Reuters
Des soldats américains attrapent un bébé qui leur est tendu à travers la clôture de l'aéroport de Kaboul, le 19 août 2021. Crédit : Reuters

Sohail, un petit garçon de sept mois, a retrouvé des membres de sa famille samedi à Kaboul, cinq mois après avoir été perdu par ses parents au moment de leur évacuation du pays. Le bébé avait été trouvé sur le sol de l'aéroport et recueilli par une famille afghane. Cette dernière a refusé pendant plusieurs semaines de rendre l'enfant à son grand-père, toujours présent en Afghanistan.

Un bébé perdu par sa famille lors de leur évacuation d'Afghanistan vers les Etats-Unis a été retrouvé et remis à son grand-père, samedi 8 janvier, a déclaré ce dernier.

Le 19 août dernier, le petit garçon, prénommé Sohail, alors âgé de deux mois, avait été confié par son père, Mirza Ali Ahmadi, à un soldat étranger de l'autre côté d'un mur à l'aéroport de Kaboul. Le père craignait que son bébé ne soit écrasé par la foule alors que des dizaines de milliers de personnes se ruaient vers les comptoirs d'embarquement dans l'espoir de fuir le pays, récemment tombé aux mains des Taliban après le retrait des troupes américaines.

Mirza Ali Ahmadi a indiqué qu'il pensait retrouver son fils quelques mètres plus loin, mais l'enfant avait alors disparu. Après l'avoir cherché pendant trois jours, lui, sa femme et leurs quatre autres enfants s'étaient finalement résolus à prendre un vol pour les Etats-Unis - un officiel leur ayant dit que leur bébé se trouvait probablement dans un autre avion et que la famille "serait réunie plus tard".

Mais à leur arrivée aux États-Unis, Sohail reste introuvable. Pendant des mois, ses parents n'ont eu aucune idée d'où il se trouvait.

Sept semaines de négociations

Dans un enchaînement d'événements flou, Sohail a en fait été recueilli par la famille d'un chauffeur de taxi, Hamid Safi, qui avait découvert l'enfant pleurant, seul, sur le sol de l'aéroport en août.

"Je garde ce bébé. Si on retrouve sa famille, je le leur rendrais. Sinon, je l'élèverais moi-même", avait alors pensé Hamid Safi, selon des propos rapportés à des journalistes de Reuters fin novembre.

>> A (re)lire : "Je dois soutenir ma famille" : la crise économique en Afghanistan affecte aussi les réfugiés afghans en France

Hamid Safi a expliqué avoir tenté de trouver la famille de l'enfant dans l'enceinte de l'aéroport, en vain. Ce père de trois filles, qui rêvait d'avoir un fils, avait alors ramené Sohail chez lui pour l'élever comme son propre enfant. Sohail avait été rebaptisé Mohammad Abed.

Le bébé a pu être localisé en novembre à Kaboul grâce à la publication d'un article sur sa disparition. Des voisins d'Hamid Safi ont reconnu le bébé et ont posté des commentaires sous l'article pour donner l'information. Depuis les États-Unis, Mirza Ali Ahmadi a alors dépêché des membres de sa famille toujours présents en Afghanistan pour aller récupérer son fils chez Hamid Safi, moyennant des cadeaux dont la dépouille d'un mouton. Mais ce dernier a refusé.

Il aura fallu sept semaines de négociations et une intervention de la police talibane, qui a brièvement détenu Hamid Safi, pour que l'enfant soit restitué à son grand-père. Le bébé se trouve toujours en Afghanistan dans l'attente de son transfert aux Etats-Unis. "Nous faisons en sorte de réunir cette famille", a déclaré un représentant du département d'État américain.

"Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit, j'étais trop heureuse"

Les parents de l'enfant, désormais basés dans le Michigan, ont pu suivre en direct les retrouvailles de leur fils avec leur famille grâce à un appel vidéo. Interrogés par Reuters, ils se sont dit fous de joie. "J'étais tellement triste, je pleurais tout le temps en pensant à mon bébé", a déclaré la mère, Suraya. "Maintenant, j'espère qu'il arrivera ici en sécurité. La nuit dernière, je n'ai pas fermé l'œil, j'étais trop heureuse."

>> A (re)lire : Quel accueil pour les réfugiés afghans en France ?

Cette histoire illustre l'enfer que vivent beaucoup de parents séparés de leurs enfants au cours des évacuations chaotiques de l'été dernier. Sans ambassade américaine en Afghanistan et avec pour seules aides des organisations internationales débordées, les réfugiés afghans se trouvent souvent dans l'impossibilité d'obtenir des réponses sur les réunifications familiales.

La date des retrouvailles entre Sohail et ses parents n'est pour l'heure pas connue, a affirmé un autre représentant américain proche du dossier, car plus aucun avion évacuant des personnes ne quitte l'Afghanistan. Selon cette même source, le gouvernement américain est actuellement en discussion avec le Qatar ainsi qu'avec différents acteurs en Afghanistan pour trouver une issue à cette situation.

 

Et aussi