Image d'archives de migrants arrivés sur l'île de Grande Canarie. Crédit : Reuters
Image d'archives de migrants arrivés sur l'île de Grande Canarie. Crédit : Reuters

Entre samedi et lundi, 623 personnes sont arrivées aux Canaries à bord d’embarcations de fortune. Au total, depuis le début de l'année, plus de 2 000 migrants ont rejoint l'archipel espagnol.

Les sauveteurs espagnols opérant au large des Canaries ont été débordés ce week-end. En seulement trois jours, ils ont porté assistance à 623 migrants en détresse dans l’Atlantique.

Lundi 24 janvier, au moins 150 personnes, réparties dans quatre embarcations, ont débarqué dans l’archipel, selon l’agence de presse EFE. Parmi les rescapés se trouvent cinq mineurs et 23 femmes.

Près de 300 arrivées pour la seule journée de samedi

La veille déjà, 178 exilés, à bord de quatre canots, avaient été secourus par les autorités espagnoles. Dans le détail, ce sont 28 hommes originaires du Maghreb qui ont été pris en charge par les services de secours vers 4h du matin dimanche et emmenés à Grande Canarie.

Une heure plus tard, 47 personnes d’Afrique subsaharienne, dont 14 femmes, ont été déposées sur l’île de Lanzarote. Dans l’après-midi, un autre groupe de 52 migrants subsahariens a été aperçu au sud-est de Lanzarote par un voilier. Ils ont été secourus quelques heures plus tard par les sauveteurs espagnols. Enfin, les autorités ont porté assistance à 51 exilés, parmi lesquels deux enfants et 26 femmes dont deux enceintes. Ils ont été déposés dans la soirée à Grande Canarie.

La journée de samedi a été la plus dense avec l’arrivée dans l’archipel de 295 personnes, venues du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, qui avaient pris place dans six petits bateaux. Les occupants ont été débarqués sur l’île de Grande Canarie et de Lanzarote.

De plus en plus de femmes dans les embarcations

Depuis le début de l’année, plus de 2 000 migrants sont arrivés aux Canaries en prenant la dangereuse route de l’Atlantique, indique la presse espagnole. Les exilés prennent la mer depuis les côtes ouest-africaines, notamment au sud du Maroc, dans l’espoir de rallier le sol espagnol. Mais si la distance qui sépare les deux rives n’est que d’une centaine de km, la traversée n’en est pas moins risquée. Les forts courants et les vents violents peuvent provoquer des drames. L’an dernier, au moins 4 016 personnes sont mortes, lors de 124 naufrages, en tentant de rejoindre les Canaries.

>> À (re)lire : Canaries : une femme donne naissance à un bébé dans un canot pneumatique, en plein océan Atlantique

La route des Canaries était très empruntée au début des années 2000, avant d'être laissée de côté au profit de la Méditerranée. Mais le renforcement des contrôles au nord de l'Afrique a eu pour conséquence la réactivation de cet itinéraire en 2020. Fait nouveau, les femmes sont de plus en plus nombreuses à essayer de traverser l'Atlantique. En 2020, elle représentaient 5% des arrivées, contre près de 14% en 2021. Et en 2022 elles sont plus de 15%.

 

Et aussi